Tech & internet

Comment éviter de se faire avoir par des e-mails de phishing

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 20.03.2017 à 15 h 35

Repéré sur Wired

Toujours, toujours être sur ses gardes.

Phone security | Ervins Strauhmanis via Flickr CC License by

Phone security | Ervins Strauhmanis via Flickr CC License by

Ça n'arrive qu'aux autres, à ceux qui ne font pas attention, qui n'y connaissent rien, qui font n'importe quoi sur internet. Jusqu'au jour où ça nous arrive à nous. Ça, c'est se faire avoir par du phishing (du hameçonnage, en français), cette technique qui consiste à vous envoyer un e-e-mail en se faisant passer pour quelqu'un dans le seul but de vous faire cliquer sur un lien, et vous faire rentrer identifiants et mots de passe dans une nouvelle page vous les demandant.

À l'été 2014, on avait ainsi découvert que de nombreuses stars américaines s'étaient ainsi fait voler leur identifiant iCloud de cette façon, permettant aux pirates de collecter leurs photos privées, dont certaines ont ensuite fini par être partagées sur des forums. Même chose avec le piratage de l'adresse e-e-mail de John Podesta, l'ancien chef de campagne d'Hillary Clinton, lors de la dernière présidentielle américaine.

Le phishing marche, souligne ainsi Wired, qui explique que 100.000 nouvelles attaques ont lieu chaque jour, et que quelques milliers réussissent. En septembre 2016, une étude allemande montrait qu'un étudiant interrogé sur deux pouvait se faire avoir par le message d'un inconnu. Alors pour éviter de se faire avoir, le magazine américain propose trois solutions.

Tout d'abord, toujours réfléchir avant de cliquer. «Si quelque chose a l'air bizarre, c'est que ça l'est probablement», et «vous devriez toujours être réticents à l'idée de télécharger les pièces jointes et de cliquer sur les liens, peu importe s'ils ont l'air innocent, ou la personne qui les a envoyés». En clair, toujours regarder l'origine de l'e-e-mail, et si quelque chose semble louche, ne pensez même pas à télécharger ou cliquer sur quoi que ce soit.

Ensuite, scruter la source. L'étape basique mais qu'on oublie si souvent. Pour être sûr que ce e-mail provient bien de Google, Yahoo!, ou de votre banque, vous devriez vraiment vérifier l'adresse qui vient de vous l'envoyer. Cela veut dire regarder dans l'URL de l'adresse si rien n'a l'air louche, ou si des caractères n'ont pas été remplacés par d'autres pour vous tromper (sur cette image par exemple, l'émetteur a ajouté un deuxième «l» à «paypal»). Si l'adresse e-e-mail est bien la bonne, mais que le test semble bizarre, vérifiez que c'est bien la bonne personne qui vient de vous l'envoyer, en tentant de la joindre par un autre canal.

Enfin, préparer ses arrières. En clair, faites comme si vous alliez vous faire avoir un jour ou un autre, et assurez-vous de limiter déjà les dégâts. «Cela veut dire prendre des précautions de cybersécurité standards, comme mettre en place une authentification à plusieurs facteurs (on vous a fait un tuto ici), utiliser un gestionnaire de mots de passe ou un autre système pour créer des mots de passe unique et aléatoires, et sauvegardez vos données.»

Parce qu'au fond, le vrai e-maillon faible dans toutes ces histoires se trouve entre la chaise et le clavier.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte