France

Voici ce qui se passera le jour où la Reine d'Angleterre sera morte

Titiou Lecoq, mis à jour le 17.03.2017 à 14 h 43

«London bridge is down»

La reine Elizabeth II au château de Bellevue, à Berlin (Allemagne), le 24 juin 2015 | REUTERS/Stefanie Loos

La reine Elizabeth II au château de Bellevue, à Berlin (Allemagne), le 24 juin 2015 | REUTERS/Stefanie Loos

Je n’avais tellement aucune idée de sujet pour cette semaine que j’ai lancé un SOS, comme un fou va jeter à la mer des bouteilles vides et puis espère qu'on pourra lire à travers S.O.S. écrit avec de l'air pour te dire que je me sens seul je dessine à l'encre vide un désert. Excusez-moi. Reprenons, j’ai donc lancé un SOS balavoinien sur les internets. On m’a suggéré plein de sujets très intéressants mais sur lesquels je n’avais strictement rien à dire.

Et puis, sur Twitter @DickTektiv m’a dit de parler de ma vie perso. Ok sauf qu’il ne m’est rien arrivé qui mérite un texte particulier. Ce que j’ai fait de plus notoire cette semaine, c’est finir de mater la première saison de The Crown (la série de Netflix sur Elisabeth II). Et puis là, une certaine @Lisoumat m’a justement envoyé un lien vers un super article du Guardian sur le protocole prévu pour le décès de la reine. Alors, on va parler couronne et cercueil. Je sais que ça n’a pas l’air foufou, mais allez, ça nous changera un peu les idées. Parce que finalement, la monarchie, ça sert à ça, se raccrocher à des rituels qui ont l’air immuables, rassurants et surannés.

«Est-ce que c’est RATS?»

Point complot: pourquoi le Guardian publie-t-il cet article maintenant? Aucune idée. La reine a certes 90 ans, mais sa mère a vécu jusqu’à 101 ans. C’est peut-être davantage l’approche du Brexit, et les questions qu’il pose sur la place du Royaume-Uni dans le monde actuel qui a mené à cette publication que des nouvelles alarmantes concernant la santé de la Reine. 

Quand la reine trépassera, il va se passer quoi? Le/la chef du gouvernement sera prévenu/e avec le mot de passe «London Bridge is down». Alors oui, il y a un truc qui merde là-dedans. Ca sert à quoi un message codé s’il est déjà connu par tout le monde? À la BBC, sera activé RATS, le «radio alert transmission system». Problème: ce déclenchement est tellement exceptionnel que la plupart des journalistes ne savent même pas à quoi ressemble l’alerte RATS. «Dès qu’il y a un bruit étrange dans la rédaction, il y a toujours quelqu’un pour demander “Est-ce que c’est RATS?” parce que nous ne savons pas quel bruit il fait, raconte un reporter régional.»

Tous les médias anglais ont déjà préparé leur couverture de l’événement. Le Times a de quoi tenir onze jours sur le sujet. (On va en bouffer de la Reine.) (De toute façon, je vous spoile un peu: y'en a pour dix jours de cérémonies diverses et variées.) Les chaînes de télé ont déjà fait signer des contrats d’exclusivité à des spécialistes royaux qui devront venir immédiatement commenter la situation. 

«Quelque chose de terrible vient de se produire»

Pour les radios commerciales (essentiellement musicales), il y a aussi un système d’alerte en cas de drame national. Des voyants lumineux qui clignotent pour signaler qu’il faut arrêter de diffuser de la musique joyeuse. Les programmateurs ont des playlists tristes et très tristes sur lesquelles basculer. «Si vous entendez “Haunted Dancehall (Nursery Remix)” de Sabres of Paradise pendant la journée sur la Radio 1, allumez la télé, quelque chose de terrible vient de se produire», explique un producteur radio. 

On apprend également que les Anglais quitteront leur travail plus tôt et que les pilotes d’avion annonceront la nouvelle aux passagers pendant le vol. On aura aussi droit à de longs reportages sur le fait que le titre de chef du Commonwealth n’est pas un titre héréditaire et savoir si Charles le prendra. La suite de l’article, à travers des interviews, raconte comment l’événement sera historique et mondial. Il s’agira également pour la Grande-Bretagne de faire le deuil de sa puissance, le règne d’Elisabeth II ayant malgré elle correspondu avec la fin de l’empire britannique.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici. Pour la lire en entier:

 
Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (152 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte