Économie

Pas de jeans coréens noirs en Suède

Temps de lecture : 2 min

Le PUB, un magasin branché de Stockholm, a vendu pendant quelques jours des jeans de la marque Noko fabriqués en Corée du Nord. Mais dès que les responsables du magasin ont été informés de la provenance des jeans, ils les ont retirés des rayons. Selon eux: «ce n'est pas le problème de la marque Noko, c'est une question politique à laquelle le PUB ne veut en aucun cas être associé».

Les jeans Noko existent depuis 2007. C'est l'initiative de trois designers suédois. Leur idée? Faire appel à la main d'œuvre de la Corée du Nord, développer un échange commercial, une collaboration purement économique mais qui permettrait de désenclaver un pays qui reste parmi les plus isolés au monde. «Ce qui nous a réellement motivé, ce n'était pas l'argent mais la perspective d'ouvrir des portes», a expliqué Jakob Ohlsson dans une interview à l'agence Associated Press.

Pour l'anecdote, ces jeans ne sont disponibles qu'en une seule couleur: le noir. Le site Aujourd'hui la Corée explique en effet que le blue jean classique est encore perçu là-bas comme un emblème de l'impéralisme américain. En outre, «le port du jeans y est d'ailleurs interdit depuis et en 2005, le régime a également enjoint les femmes à renoncer aux pantalons, invoquant que le style d'habit occidental portait atteinte à l'esprit révolutionnaire.»

[Lire l'intégralité de l'article sur Aujourd'hui la Corée]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

En France, un actif sur cinq a songé à quitter son emploi durant la crise sanitaire. De l'idée au passage à l'acte, encore faut-il anticiper pour éviter quelques déconvenues. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio