Santé / Parents & enfants

Les ados américains se droguent moins et c'est peut-être grâce à leur smartphone

Temps de lecture : 2 min

Des chercheurs ont une nouvelle hypothèse: les jeunes sont devenus surtout accros à leur mobile.

Addiction à la technologie | J STIMP via Flickr CC License by
Addiction à la technologie | J STIMP via Flickr CC License by

Depuis une dizaine d'années, la consommation de drogues est en baisse constante chez les jeunes Américains, et les chercheurs ne savent pas vraiment pourquoi. Certains pensent que les campagnes de santé publique ont eu un effet positif, mais plusieurs experts commencent à se poser une autre question: les smartphones ont-ils remplacé la drogue?

Cette hypothèse est intéressante dans la mesure où l'explosion de l'utilisation des smartphones et tablettes coïncide avec le déclin de la consommation de drogues chez les jeunes.

Interviewée par le New York Times, la directrice de l'Institut national sur la toxicomanie, Nora Volkow a dit qu'elle allait commencer des recherches sur cette corrélation dans les mois à avenir et qu'un groupe de spécialistes se réuniraient en avril pour en parler.

«Les ados peuvent littéralement se sentir défoncés lorsqu'ils jouent aux jeux [vidéo]», explique Volkow.

Silvia Martins, une experte en toxicomanie à l'université Columbia est d'accord avec cette description:

«Jouer aux jeux vidéo, utiliser des réseaux sociaux, cela satisfait un désir de sensations nouvelles, d'activités nouvelles.»

L'air de faire quelque chose

Dans un sondage de 2016, 50% des adolescents américains avaient dit se sentir accros à leur smartphone, et cette addiction n'est pas uniquement métaphorique. Pour David Greenfield, un psychiatre spécialiste de l'addiction à la technologie, le smartphone est comme une «pompe à dopamine portable».

Les jeunes interviewés par le New York Times semblent confirmer que leur téléphone peut parfois remplacer la drogue, comme Alexandra, qui explique qu'un smartphone peut être utile en soirée pour quelqu'un qui ne veut pas consommer de drogue, car cela permet d'avoir l'air de faire quelque chose.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 avril 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 avril 2021

Retrait des États-Unis d'Afghanistan, regain de tensions en Ukraine et évolution de la pandémie... La semaine du 10 au 16 avril 2021 en images.

Au Brésil, les femmes sont incitées à retarder leur grossesse à cause du Covid-19

Au Brésil, les femmes sont incitées à retarder leur grossesse à cause du Covid-19

Le variant P1, devenu majoritaire dans plusieurs régions du Brésil, a un taux de transmission bien plus élevé que la souche classique du coronavirus.

L'arrivée des beaux jours ne suffira pas à ralentir l'épidémie de Covid-19

L'arrivée des beaux jours ne suffira pas à ralentir l'épidémie de Covid-19

En regard des mesures de santé publique prises pour contrôler la propagation du virus, l'effet de la météo est très probablement négligeable.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters