Monde

Pour un programme d’«ambassadeurs d’échange franco-allemands»

Isabelle Maras, mis à jour le 20.03.2017 à 1 h 01

Ce projet conjoint a pour objectif de rationaliser, d’approfondir et de mettre en valeur auprès des citoyens français et allemands le bénéfice multiple et durable des programmes d’échange – institutionnels et entre sociétés civiles – pour la coopération franco-allemande et la poursuite du projet européen.

©WeDoData

©WeDoData

La France et l’Allemagne ont su mettre en place, depuis 1945, un dialogue et un niveau de coopération aujourd’hui inégalés en Europe et dans le monde occidental. Ceux-ci reposent sur un maillage institutionnel dense et un partenariat «multi-niveaux» impliquant divers acteurs politiques, institutionnels, académiques, économiques et de la société civile. Le traité de l’Elysée, signé en 1963, en constitue le socle. La relation de confiance ainsi nouée a permis au fameux «couple» de jouer un rôle moteur dans les grandes avancées de l’intégration européenne. Les graves crises successives qui ont affecté l’Union européenne depuis quelques années ont toutefois malmené cette relation. Celle-ci doit être sans cesse nourrie par des initiatives concrètes impliquant l’ensemble des acteurs de nos sociétés respectives.

Sous l’impulsion d’acteurs connus ou moins connus des relations franco-allemandes, de nombreux programmes d’échanges de diplomates, fonctionnaires, chercheurs, jeunes professionnels, étudiants, apprentis et élèves – la liste est non exhaustive – ont vu le jour entre la France et l’Allemagne ces dernières décennies. Au plan institutionnel et administratif, les cursus d’enseignement supérieur et de recherche destinés aux étudiants ou aux jeunes cadres administratifs et du monde économique existent déjà depuis de nombreuses années. Depuis 1989, le programme d’échange d’assistants parlementaires permet à de jeunes Français et Allemands de se former au travail parlementaire du pays partenaire au sein de l’Assemblée nationale et du Bundestag. Au plan de la société civile, l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) propose de très nombreux programmes d’échange depuis 1963, tenant lieu d’inspiration à d’autres organisations régionales à l’ambition similaire (cf. la création de l’Office régional de coopération pour la jeunesse des Balkans occidentaux (RYCO) en juillet 2016). À titre d’exemple, celui des «Jeunes Ambassadeurs OFAJ» permet aux jeunes des deux pays de soutenir l’action de l’OFAJ en participant ensemble à des projets faisant la part belle à un dialogue interculturel et un apprentissage linguistique approfondis.

Les relations franco-allemandes souffrent cependant du manque cruel d’une valorisation efficace et structurelle des activités d’échange franco-allemandes et d’une stratégie de communication ad hoc en direction des sociétés civiles des deux pays. En dépit de leur qualité, de leurs résultats qualitatifs et de la solidité des réseaux constitués, ces projets et initiatives demeurent peu «lisibles» pour un public non-initié, ont un écho quasi-inexistant dans les médias. Ils ne touchent donc bien souvent que des cercles de «convaincus» déjà sensibilisés à l’importance de relations approfondies entre France et Allemagne. Par ailleurs, ces initiatives d’échange peinent à intégrer des enjeux de société d’avenir tels que la formation, l’apprentissage, la mobilité (étudiante, des apprentis, des salariés), l’intégration ou l’engagement citoyen.

Ces programmes échouent ainsi à remplir l’un de leurs objectifs prioritaires: mettre en avant la valeur ajoutée des échanges entre institutions et sociétés civiles et rendre le «franco-allemand» visible, compréhensible et accessible à nos concitoyens à l’aide d’acteurs au rôle multiplicateur identifiés.

Or, c’est bien la portée politique et citoyenne de cette proposition qui en donne tout le relief. Dans un contexte actuel de repli sur soi et de montée des populismes au plan global et européen, le «coup de projecteur» donné à ces «ambassadeurs d’échange», actifs à tous niveaux institutionnels, économiques et de la société civile, vise à avoir un impact auprès de nos compatriotes, et ce, à plusieurs niveaux. Il s’agit par là de les sensibiliser à l’importance de la maîtrise de la langue du pays partenaire et des échanges pour la compréhension interculturelle entre la France et l’Allemagne et, plus loin, au rôle crucial que joue le couple franco-allemand dans la poursuite du projet d’intégration européenne et la promotion d’une Union européenne ouverte, attachée à une paix durable et au respect des libertés.

La création d’un vaste programme d’«ambassadeurs d’échange franco-allemands»  résulterait de l’action conjointe et coordonnée des ministères respectifs des Affaires étrangères, de l’Éducation et de la recherche et de l’Economie de France et d’Allemagne, selon une feuille de route conjointement établie et centrée autour de trois objectifs prioritaires:

1/ Rassembler les initiatives existantes dites d’échange – c’est-à-dire qui impliquent une réciprocité – au sein d’un programme franco-allemand global et structuré.

2/ Etendre ces programmes d’échange à tous les niveaux institutionnels et de la société civile de France et d’Allemagne, en définissant ensemble la représentativité des profils.

3/ Valoriser cette expérience au moyen d’une stratégie de communication robuste et ciblée (création d’une plate-forme internet, dissémination et publications dans les médias nationaux et régionaux) au sein de leurs secteurs d’activité, de leurs institutions et auprès de nos sociétés respectives.

Les échanges d’expérience (interdisciplinaires, intergénérationnels et trans-sectoriels) et les synergies possibles s’en trouveraient ainsi structurellement renforcés.

Isabelle Maras
Isabelle Maras (1 article)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte