Pas d'infos sur Ben Laden «depuis des années»

Slate.fr, mis à jour le 06.12.2009 à 17 h 30

Recherché depuis plus de onze années, Oussama ben Laden, responsable présumé des attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, responsable autoproclamé des attaques sur le World Trade center et le Pentagone le 11 septembre 2001, reste introuvable. Ce n'est une information pour personne.

Et, malgré les efforts déployés par les Américains pour le traquer, les services de renseignements n'ont pas la moindre idée de l'endroit où le leader d'Al-Qaida se trouve. L'aveu a été fait devant les caméras de télévision par le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates. Interrogé par George Stephanopoulos dans son émission sur ABC, sur les propos du Premier ministre pakistanais qui ne croit pas que Ben Laden soit dans son pays, Gates répond ne pas savoir où est le chef terroriste. Et avoue même que ses services n'ont pas eu la moindre piste depuis plusieurs années.

George Stephanopoulos: «A quand remonte la dernière fois les Américains ont eu des informations fiables sur l'endroit où il se trouve?

Robert Gates: je pense que cela fait des années.

George Stephanopoulos: des années?!

Robert Gates: C'est ce que je crois.

George Stephanopoulos: Donc, ces renseignements qui ont été diffusés la semaine dernière à propos d'un détenu qui a déclaré l'avoir vu en Afghanistan plutôt cette année, vous ne confirmez pas?

Robert Gates: Non»

Regarder la vidéo

Cet aveu du patron des renseignements américains intervient une semaine après la publication d'un rapport du sénateur John Kerry qui a détaillé comment les Etats-Unis avaient laissé échappé Ben Laden en décembre 2001, alors qu'il était pris au piège dans les montagnes de Tora Bora, accompagné probablement d'un millier d'hommes.

Plutôt que d'envoyer massivement les milliers de soldats à leur disposition, les responsables militaires de l'époque ont rejeté une demande de renforts déposée par les officiers américains responsables sur le terrain, envoyant, en plus de frappes aériennes ciblées, un commando d'une centaine d'hommes aidés par des miliciens afghans. Le chef d'Al-Qaïda parviendra finalement à gagner la frontière du Pakistan quelques jours plus tard.

Retirer le leader d'Al-Qaïda du champ de bataille il y a de cela huit ans n'aurait pas éliminé la mondiale terroriste mondiale, conclut le rapport. Mais les décisions qui ont ouvert la porte à sa fuite vers le Pakistan lui ont permis de devenir un symbole puissant qui continue à attirer des sommes d'argent et à inspirer des fanatiques dans le monde entier, citant les attentats de Londres en 2005.

JH

[Regardez l'extrait sur ABCNews]

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte