Monde

L'Arabie saoudite a-t-elle lancé un conseil pour aider les femmes... sans femmes?

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 15.03.2017 à 10 h 59

Repéré sur The Washington Post, BBC

Sur une photo du «Conseil des filles», on n'aperçoit que treize hommes.

Montage Slate.fr à partir d'un tweet de @sahouraxo

Montage Slate.fr à partir d'un tweet de @sahouraxo

Il y a quelques jours, le gouverneur de la province saoudienne de Qassim, le Prince Faisal bin Mishaal bin Saud, a annoncé la création d'un «conseil de filles», une première dans le pays. Le but, raconte le Washington Post, était de «permettre aux femmes d'avoir plus d'opportunités, de leur donner une voix. C'était un signe encourageant pour une nation qui se classe régulièrement en bas des indices de sondages internationaux sur l'égalité hommes-femmes».

Seul problème: lors de la première réunion du conseil, les images ont montré une assemblée uniquement constituée d'hommes. Treize pour être précis et pas une seule femme.

«Les femmes étaient dans une autre salle, explique le Washington Post, connectées via la vidéo. En Arabie saoudite, les hommes et les femmes qui n'ont pas de liens entre eux n'ont pas le droit de se mélanger, une politique d'État strictement respectée.»

Sauf que l'image hors contexte a rapidement fait le tour d'internet, où la première impression a poussé certains penser que ce conseil ne laissait aucune place aux femmes et l'ont comparé à cette fameuse photo où Donald Trump signe une loi anti-avortement entouré d'hommes.

Pression économique

La BBC rapporte de son côté une partie du discours tenu par le Prince Faisal bin Mishaal bin Saud. «Dans la région de Qassim, nous voyons les femmes comme des sœurs pour les hommes, et c'est une responsabilité pour nous de nous ouvrir à plus d'opportunités qui serviront le travail des femmes et des jeunes filles.» La femme du Prince, la Princesse Abir bint Salman, préside le conseil mais n'était évidemment pas présente sur la photo.

Le Washington Post rapporte qu'en 2011, des activistes avaient encouragé les femmes à conduire, activité interdite par les officiels religieux. Plus récemment, des efforts ont été faits pour permettre aux femmes d'obtenir un emploi sans l'autorisation de leur mari ou d'un membre masculin de leur famille. De plus, un plan prévoit de faire passer le taux des femmes en activité de 22 à 30% d'ici 2030. Mais comme le rappelle le journal, ces changements ont peut-être une explication économique.

«Les récents problèmes économiques de l'Arabie saoudite pourraient annoncer plus de libertés pour les femmes. Le déclin des prix du pétrole et les grosses dépenses militaires pour la campagne militaire menée à la frontière avec le Yémen ont amené certains à demander de plus grandes réformes financières et plus de libertés pour les femmes saoudiennes.» 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte