Science & santé

Pour perdre du poids, vous n’avez pas forcément besoin d’arrêter l’alcool

Repéré par Florian Adam, mis à jour le 14.03.2017 à 15 h 16

Repéré sur The New York Times

Ne vous sentez pas coupable de boire un verre de vin ou un cocktail alors que vous essayez de perdre un petit excédent pondéral.

Two Belgians and a Scot walk into a bar | Bala Sivakumar via Flickr CC License by

Two Belgians and a Scot walk into a bar | Bala Sivakumar via Flickr CC License by

La consommation d’alcool est souvent liée, du moins dans la conscience collective, à une prise de poids. C'est la raison pour laquelle certaines personnes décident notamment d’arrêter de boire pendant un mois après les fêtes de fin d’année. Pour autant, la prise de quelques kilos n’est pas obligatoire, à certaines conditions. 

La journaliste du New York Times, Jane Brody, s’est penchée sur la question, soucieuse de pouvoir garder ses habitudes. Elle a donc examiné les nombreuses études existantes. Et l'une d’elles permet d’y voir plus clair. Conduite par Gregory Traversy et Jean-Philippe Chaput, membres du groupe de recherche au centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario et publiée en 2015 dans la revue scientifique Current Obesity Reports, elle a «mis à jour» la synthèse de tout ce que l'on connaissait sur le sujet. 

«Les calories supplémentaires prises avec de l’alcool sont stockées comme gras»

La plupart des études transversales depuis 2005 ont montré qu’une consommation légère ou modérée d’alcool –deux verres maximum pour les hommes et un pour les femmes– n’est pas associée à un risque d’obésité, contrairement à une consommation excessive ou au «binge drinking». Certaines recherches arrivent toutefois au résultat que la prise d’alcool privilégie le surpoids et un indice de masse corporelle plus importante chez les adolescents et les adultes plus âgés. 

Considérées comme plus rigoureuses, les études prospectives «donnent des résultats variés et ne permettent pas de donner une “image précise” de la relation entre l’alcool et le poids», explique le New York Times. Des recherches où la consommation d’alcool est rigoureusement contrôlée, considérées comme «plus fiables» par Jean-Philippe Chaput, ont également montré qu’une consommation raisonnable n’entraînait pas de prise de poids. Si vous être un homme, vous pouvez ainsi boire deux verres de vin par jour pendant six semaines et ne pas prendre un kilo supplémentaire. Chez des femmes en surpoids et sédentaires, un verre de vin par jour pendant dix semaines n’a montré aucun changement significatif

Attention cependant à ce que vous mangez à côté. L’alcool n’étant pas stocké par le corps, il est utilisé directement comme «carburant», diminuant le nombre de calories détruites par ailleurs par le corps humain, résume la journaliste. Un problème d'autant plus complexe que lever le coude stimule l’appétit: «Les calories supplémentaires prises avec de l’alcool sont stockées comme gras», avertit Docteur Chaput. Il faudra donc choisir entre un verre d’alcool (plus ou moins calorique, selon la boisson privilégiée) ou un petit-four en plus.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte