Monde

À Las Vegas, un mannequin piège le suspect de plusieurs meurtres de sans-abri

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 14.03.2017 à 11 h 43

Repéré sur The Guardian

Le suspect s'est jeté sur un SDF, sans savoir qu'il s'agissait d'un mannequin placé là par des enquêteurs.

Las Vegas | Lasvegaslover via Wikimédia CC License by

Las Vegas | Lasvegaslover via Wikimédia CC License by

Depuis le début de l'année, la police de Las Vegas a recensé deux meurtres de personnes sans-abri dans le même quartier, près des autoroutes et loin de la célèbre et lumineuse Strip de la ville. Daniel Aldape, 46 ans, et David Dunn, 60 ans, ont respectivement été retrouvés mort le 4 janvier et le 3 février dernier, souffrant de graves blessures à la tête.

Andrew Walsh, capitaine de police, a expliqué au Guardian que ce genre d'affaire est pris très au sérieux et qu'il a décidé, avec son équipe, d'utiliser un stratagème très particulier pour «piéger» le tueur. Ses officiers ont placé un mannequin dans la rue afin qu'on le confonde avec un sans-abri et des caméras pour surveiller la zone en permanence. Un moyen de combler le manque de preuve, de témoins, ou même de motifs.

Une nuit, vers trois heures du matin, un homme s'est approché du mannequin, caché sous plusieurs couvertures.

«L'homme, identifié par la police comme étant Shane Schindler, 30 ans, a mis sa capuche sur la tête, écrit le Guardian. Il a soulevé un marteau de presque deux kilos avec les deux mains pour “générer un maximum de force”, selon la police, et l'a baissé sur la forme allongée “avec l'intention de tuer”.»

Un cas loin d'être isolé

Shane Schindler a été arrêté immédiatement pour port d'armes sans autorisation mais son avocat a affirmé qu'il était fort peu probable qu'on inculpe son client pour le port d'un marteau dans un sac. «S'ils veulent l'inculper pour autre chose, voyons les accusations. Mais pour l'instant, tout le reste n'a pas lieu d'être.»

Aux États-Unis, ce genre de crime n'a rien d'anodin:

«Il y a eu 27 attaques fatales contre des sans-abri en 2015, selon la National Coalition for the Homeless, qui a aussi répertorié 1.650 actes de violence contre les personnes sans domicile fixe par des individus ayant un foyer entre 1999 et 2015, en majorité par des hommes adolescents ou âgés de vingt ans environ.»

Pour Brian Levin, du Center for the Study of Hate and Extremism à San Bernardino, cette violence s'explique notamment par la façon dont la pop culture présente les sans-abri et par des vidéos virales où certains SDF sont payés pour se battre entre eux. «Ils ne sont pas attaqués seulement à cause de biais, explique-t-il, mais parce qu'ils sont vulnérables.» 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte