Science & santé

Bioéthique: la guerre Est/Ouest des singes et des embryons a commencé

Peggy Sastre, mis à jour le 03.06.2017 à 15 h 39

Le fossé éthique séparant la Chine de l'Occident, en matière notamment de recherche sur les embryons humains et d'expérimentation animale, est un bon indicateur de l'inanité de nos normes censément universelles.

Singe dans un laboratoire en Chine I STR / AFP

Singe dans un laboratoire en Chine I STR / AFP

Cet article est le deuxième volet d'une série sur la bioéthique. Pour relire la première partie, cliquez ici.

En février 2012, Jianhui avait 8 ans. Sous l’œil attentif de scientifiques, ce macaque rhésus allait manipuler des objets et, en récompense, recevoir une rasade de jus de fruit. Une procédure qui aurait été parfaitement banale si, à quelques mètres de là, un bras et une main robotiques n'avaient pas imité ses gestes à la perfection: implantés dans le cerveau de l'animal, deux petits capteurs focalisés sur quelque deux-cents neurones de son cortex moteur enregistraient et décryptaient des signaux électriques, traduits instantanément en mouvements par la machine. Une interface neuronale conçue par Zheng Xiaoxiang, chercheur à l'université chinoise de Zhejiang, capable d'un doigté à la finesse jusqu'alors inégalée.

Une belle prouesse et une sacrée promesse pour les humains handicapés ou souffrant de maladies dégénératives affectant la locomotion, comme celle de Parkinson. Sauf que si cette expérience avait eu lieu en Europe ou en Amérique du Nord, elle aurait pu ne jamais voir le jour: cette même année, les militants de Peta décidaient de renforcer leurs actions pour vider les laboratoires occidentaux de leurs animaux en général et de leurs primates en particulier, des sujets de recherche pourtant essentiels aux progrès biomédicaux –et aux sauvetages de vies humaines qui vont avec.

À coups de harcèlement téléphonique, de post viraux sur les réseaux sociaux et de manifestations-happenings dans différents aéroports (Bangkok, Chicago, Hong Kong, Londres, Tokyo et autres), les défenseurs de la cause animale allaient réussir à intimider China Southern Airlines, Air Canada ou encore Air France et annuler plusieurs vols sur lesquels auraient dû transiter des singes destinés à la science. Au total, quelques centaines d'animaux n'arrivèrent jamais à destination, sans pour autant recouvrer un «état sauvage» qu'ils n'avaient pour la plupart jamais connu, ni même voir leur existence «épargnée». Deux ans plus tard, toujours sous pression des animalistes, Southern Airlines annoncera cesser ses transports d'animaux vivants à destination des infrastructures occidentales.

«Il est malheureux que certaines compagnies aient choisi de capituler devant un petit nombre de militants qui ne sont pas vraiment représentatifs de la population générale», avait déclaré dans les colonnes de Nature Matthew Bailey, vice-président de la National Association for Biomedical Research, œuvrant lui-même pour une meilleure application de l'éthique animale dans les laboratoires scientifiques et pharmaceutiques.

Le choix de l'exil

 

Tipu Aziz, professeur de neurochirurgie à Oxford et spécialiste des modèles animaux de Parkinson, avait quant à lui fait part de son «intuition»: la démarche choisie par Peta risquait fort d'être contre-productive.

«De plus en plus de scientifiques vont chercher à faire leurs recherches ailleurs. Je n'aurais personnellement aucun scrupule à partir à l'étranger pour travailler. Certains pays possèdent d'excellents centres de recherche, que ce soit en Inde, à Singapour, en Chine ou en Malaisie.»

Et il avait raison. À l'heure actuelle, si l'expérimentation animale est en perte de vitesse en Occident, on estime que 20 millions d'animaux sont utilisés chaque année par les laboratoires chinois. Principalement des rats et des souris, mais aussi des lapins, des chiens et des primates non-humains. Une économie rassemblant plus de 300.000 personnes et un secteur en pleine expansion, qui suit l'essor général des sciences et des technologies de pointe en Chine, mais aussi les réticences de plus en plus marquées en Occident face à la vivisection et l'expérimentation animale.

Par ailleurs, la Chine compte plus de quarante éleveurs de primates approvisionnant la recherche autant nationale qu'internationale –aux début des années 2010, plus de 70% des primates utilisés dans les laboratoires américains provenaient de Chine–, pour des effectifs totaux avoisinant les 250.000 macaques crabiers et les 40.000 rhésus.

«Les singes sauvent des vies humaines»

 

Ainsi, la Chine aura-t-elle été le berceau du premier modèle animal de l'autisme –des macaques crabiers génétiquement modifiés pour exprimer un gène, le MECP2, connu pour intervenir dans l'étiologie de certains troubles du spectre autistique. Des animaux sur lesquels il est possible d'effectuer des tests diagnostiques utilisés chez les humains, en mettre d'autres à l'épreuve avant de les utiliser sur notre espèce ou encore cibler tel ou tel circuit cérébral affecté par les troubles du spectre autistique pour voir si les comportements qui le caractérisent sont susceptibles d'être modifiés, atténués, amendés ou supprimés. Sous l'égide du «projet cerveau» national, dirigé par un débauché de Berkeley, Mu-ming Poo, les neuroscientifiques chinois planchent aujourd'hui sur un modèle du trouble dépressif majeur, conçu là aussi sur des primates non-humains.

«D'un point de vue médical, cela ne fait aucun doute, pose Mu-ming Poo dans une interview menée par Olivier Dessibourg pour le New Scientist. Les singes sont nécessaires parce qu'ils sauvent des vies humaines.» Le mandarin se défend d'ailleurs de tout laxisme éthique:

«En matière de soins et d'environnement, nous suivons à la lettre les normes des instituts américains de la santé. Certains de nos animaux sont même mieux nourris que les humains: nous avons par exemple une colonie de marmousets venus d'Allemagne, qui ne mangent que des aliments importés, car nous voulons leur offrir la nourriture à laquelle ils ont été habitués.»

Quel principe de précaution?

 

Ce qui est vrai des laboratoires œuvrant sous la coupe du Projet cerveau. Mais la législation ad hoc ne date que de mars 2016, et d'autres infrastructures plus périphériques ne sont pas aussi bien réglementées et contrôlées. Ce qui s'explique en partie par un biais culturel propre à la Chine et à sa fameuse pensée confucéenne, où le «principe de précaution» a bien du mal à faire souche: sur les paillasses chinoises, on a tendance à d'abord faire et à voir ensuite ce qui mérite d'être interdit.

Une réalité qui demeure attrayante et stimulante pour des scientifiques qui ne sont ni encore familiers, ni convaincus par des contraintes éthiques a priori –surtout si elles sont héritées de cadres axiologiques qui leur sont allogènes– et qui y voient un frein au développement de leurs recherches. Et un tel contexte de liberté scientifique relative, comme le rappelait crûment Tipu Aziz, n'est pas non plus sans séduire des chercheurs étrangers.

On sait aujourd'hui combien la monoculture animale caractérisant bon nombre d'essais pré-cliniques occidentaux contribue à un taux assez élevé d’échecs lors des phases d'application à l'humain. Si nous avons beaucoup de point communs avec les mouches, les vers ou les rongeurs, notre proximité phylogénétique avec les primates non-humains est encore plus conséquente, ce qui diminue d'autant les risques de cul-de-sac empirique. Les marmousets, par exemple, sont monogames et interagissent en se regardant dans les yeux et c'est grâce à la modification génétique de cette espèce que des chercheurs japonais ont pu créer le premier modèle de la maladie de Parkinson, au sein de laboratoires œuvrant aussi pour la modélisation d’Alzheimer et d'autres pathologies nuisant aux neurones moteurs.

La pomme de discorde éthique

Des recherches qui, pour certains spécialistes, sont aujourd'hui bien plus difficiles à financer aux États-Unis et en Europe, notamment parce que les opinions de ces pays ont de plus en plus de mal à les tolérer –sans pour autant être bien conscientes de leur importance. Par rapport aux débats que suscite l'expérimentation animale de notre côté du monde, l’Extrême-Orient semble presque indifférent.

De fait, en Chine, les questions de bien-être animal ou de véganisme peinent à réellement passionner ou indigner la population, même si quelques associations animalistes ont pu voir le jour ces dernières années. Les polémiques semblent bien davantage «importés» d'Occident, à l'instar de certaines normes internationales régulant une recherche scientifique qui n'aura jamais été aussi transfrontalière. «Nous devons faire comprendre l'importance de ces recherches au public chinois, affirme Mu-ming Poo, et lui montrer que nous traitons les animaux de manière humaine». Ce qui sera toujours trop peu pour les luddites de la cause animale qui entendent tout simplement voir disparaître ces expérimentations, au mépris des avancées scientifiques et médicales qu'elles sont les seules à permettre.

Reste qu'il y a, entre l'Orient et l'Occident, une autre pomme de discorde éthique dépassant la simple (mais très réelle) nuisance d'«un petit nombre de militants qui ne sont pas vraiment représentatifs de la population générale»: l'usage que peut faire la recherche des embryons humains.

Le train de la génétique va trop vite

 

«La rumeur» voulant que la Chine s’assiérait allègrement sur les principes d'éthique médicale les plus fondamentaux n'est pas nouvelle, ni même totalement infondée. Voici à peine quelques semaines, une étude publiée en septembre dernier était retirée de la revue Liver International, au motif que les foies ayant servi à la mener avaient été très probablement prélevés sur des prisonniers, une pratique contraire à la règle du consentement libre, volontaire et éclairé, édictée après le procès «des médecins» de Nuremberg, en 1947. Jusqu'en janvier 2015, la Chine aura d'ailleurs été une destination de choix pour les riches malades étrangers en mal de greffon, vu que le pays autorisait les transplantations d'organes prélevés sur des condamnés à mort, après leur exécution.

C'est cette même année, en avril, qu'un autre scandale éclate lorsqu'une équipe de chercheurs chinois annonce avoir essayé (sans succès) de modifier des embryons à l'aide des «ciseaux génétiques», CRISPR-Cas9. L'objectif était de manipuler le gène responsable de la drépanocytose pour se débarrasser de la maladie sur toute une lignée germinale. L'expérience se soldera par un échec sur les quatre-vingt-cinq embryons concernés. Mais pour beaucoup de scientifiques, occidentaux pour la plupart, une ligne rouge venait d'être franchie. L'occasion pour le New York Times de détailler le «fossé éthique» séparant la Chine de l'Occident.

«En Chine continentale, le train de la génétique ne peut être arrêté parce qu'il va trop vite, y tance Huso Yi, directeur de recherches au Centre de bioéthique de l'université de Hong Kong. Je ne pense pas qu'elle envisagera la mise en œuvre d'un moratoire.» Mais pourquoi le ferait-elle?

Crimes contre l'espèce humaine

 

Comme le précise dans le même article Deng Rui, chercheuse en éthique médicale à l'université du Shanxi, «les lignes rouges ne sont pas les mêmes en Chine et en Occident. L'éthique est une question de tradition et de culture, surtout quand il s'agit de la vie humaine. Dans la pensée confucéenne, la vie ne commence qu'après la naissance, c'est à ce moment là que vous devenez une personne. Ce n'est pas la même chose aux États-Unis ou dans les pays d'influence chrétienne, où à cause de la religion, on pourrait penser que la recherche sur les embryons n'est pas convenable».

Et c'est effectivement le cas. En 2001, le Comité de bioéthique créé aux États-Unis par le président Bush est bourré de prêtres et de rabbins et servira principalement leurs intérêts métaphysiques en déclarant «contraire à la dignité humaine» les recherches sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, strictement interdites jusqu'à la révision législative permise par Obama en 2009. Idem pour notre vénérable Comité consultatif national d'éthique (CCNE), grâce auquel on doit la notion aussi grandiloquente que juridiquement floue de «crime contre l'espèce humaine», introduite dans le droit français à la première révision des lois de bioéthique, en août 2004.

Sanctionné des peines les plus lourdes –trente ans d’emprisonnement, perpétuité en cas de bande organisée, 7.500.000 euros d’amende, prescription trentenaire– le modèle est à l’évidence celui des crimes contre l’humanité. Le problème est qu’il n’y a ici aucune mesure entre la solennité de la condamnation, la gravité des peines et la nature des actes. Quoi de commun entre un État qui extermine froidement et industriellement des populations et un individu (ou un couple) qui fait un choix personnel relatif à la procréation? Quoi de commun entre une personne qui veut en éliminer, torturer ou déporter une autre en raison de son appartenance ethnique, religieuse ou politique et une personne qui souhaite donner à son enfant ce qu'elle estime être le meilleur bagage pour son existence future? Quoi de commun entre des techniques dont la visée fondamentale est de donner la vie et des pratiques dont le but avoué est de donner la mort? Rien du tout.

Un propos absurde?

 

Cet hyperbolique «crime contre l’espèce humaine» obéit à des convictions religieuses exacerbées, incompatibles avec la raison et la mesure exigées par un État de droit moderne. Les démocraties contemporaines sont en effet capables d’accepter une pluralité d’opinions et de valeurs, car on y suppose que la morale, le mode de vie, les convictions découlent du consentement volontaire des individus, et non de l’autorité de l’État ou de la pression d’une majorité. Et en démocratie, une minorité ne peut être contrainte de modifier ses choix que s’ils mettent en péril les droits élémentaires de la majorité. Or, tel n’est pas le cas de ce que recouvre et caractérise ce «crime contre l'espèce humaine».

Qui plus est, un simple regard sur les pratiques actuelles de nos sociétés témoigne de l’absurdité du propos. Ainsi, l’article 214-1 qui considère comme crime contre l’espèce humaine «le fait de mettre en œuvre une pratique eugénique tendant à l'organisation de la sélection des personnes» oublie visiblement que ces pratiques «eugéniques», telles que définies ici, sont désormais monnaie courante.

Lorsqu’une future mère décide d’avorter parce que son embryon ou son fœtus est atteint d’une malformation grave, elle pratique une «sélection des personnes», validée et valorisée par le corps médical. Lorsque les Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains (CECOS) enquêtent sur les donneurs de gamètes, en choisissent certains et en excluent d’autres, répondent aux demandent des futurs parents sur la compatibilité entre le donneur et leur propre cadre de vie, ils pratiquent la «sélection des personnes». Lorsque deux parents atteints d’une maladie génétique grave pratiquent un diagnostic préimplantatoire (DPI) sur leurs embryons et choisissent l’embryon sain au détriment des autres, ils pratiquent une «sélection des personnes». Lorsqu'une femme enceinte prend de la vitamine B9 pour protéger son enfant à naître du spina bifida, elle pratique une «sélection des personnes», promue par les autorités de santé publique.

«Le combat contre les maladies n'a pas de frontières»

Les exemples de ce genre sont nombreux. Ils ne sont nullement réprimés et c'est parfaitement heureux. Mais dans ce cas, où placer la frontière entre la sélection autorisée, voire encouragée, et la sélection condamnée, entre une procédure médicale légale et légitime et un «crime contre l'espèce humaine», sinon dans l'arbitraire le plus évident? Et pourquoi accepter une intervention de l’État dans un domaine aussi personnel, privé, «intime» que celui de la procréation tant que la santé publique et les droits fondamentaux des individus ne sont pas mis en danger?

En Chine, il est aujourd'hui interdit de travailler sur des embryons dépassant les 14 jours d'âge, une limite introduite dans le pays en 2003 sur pression des nations occidentales, comme le rappelle le New York Times. Zhai Xiaomei, professeure de médecine et membre du Comité national d'éthique médicale récusant pour sa part la notion d'un fossé éthique entre son pays et l'Occident, y explique combien de nombreux scientifiques chinois «s'opposent aux normes internationales et font valoir des différences culturelles. Une force qui peut parfois se faire puissamment sentir». À l'heure où un autre fossé Est/Ouest –de nature technique et scientifique– ne cesse de se réduire, sans doute qu'il ne serait pas absurde de réfléchir à ces vents et à la pertinence de nous orienter davantage dans leur sens.

En novembre dernier, la Chine en était à son quatrième essai d'édition génétique embryonnaire grâce au CRISPR-Cas9. Comme le souligne le New Scientist, les laboratoires américains et européens traînent encore des pieds, englués dans des normes bioéthiques radicalement caduques et dans une conception de la concurrence scientifique par trop calquée sur de vieilles lunes belliqueuses. «La course à l'armement est une épouvantable métaphore», y avertit Henry T. Greely, directeur du centre de bioéthique de Stanford, «le combat contre les maladies n'a pas de frontières nationales. Si des groupes en Chine –au Mexique, en Inde ou en Russie– trouvent des remèdes, nous sommes tous gagnants».

Que ceux qui auraient encore une vision «patriote» des progrès biomédicaux se fassent à l'idée: pour que la victoire parte de «chez vous», un assouplissement réglementaire devrait vite s'inviter dans votre ordre du jour.

Peggy Sastre
Peggy Sastre (30 articles)
Auteur et traductrice
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte