Monde

107 esclaves libérés au Mexique

Temps de lecture : 2 min

107 personnes ont été libérées jeudi 3 décembre à Mexico: c'étaient des travailleurs asservis dans une usine clandestine, fabriquant des sacs et des vêtements, réduits en esclavage.

La police a procédé à un raid dans l'usine, dont les locaux étaient cachés dans un centre de réinsertion pour anciens drogués et alcooliques. Le procureur général de la ville, Miguel Angel Mancera, a souligné que la police avait été informée par un ancien employé qui s'était échappé. «Les victimes étaient exploitées; on abusait même de certaines sexuellement» a-t-il ajouté. Beaucoup souffraient également de déshydratation, de malnutrition, certains avaient des coupures, et des os cassés.

La plupart des esclaves étaient des Mexicains de communautés indigènes et ne parlaient pas espagnol. Ils avaient été enlevés, ou leurrés, partout dans le pays, et menés dans ce centre de Mexico, le centre St. Thomas-L'Elu de Dieu.

Agés de 14 à 70 ans, ces personnes étaient forcées à travailler 16 heures par jour, avec une pause de seulement 30 minutes. Ils mangeaient des pattes de poulet et des légumes pourris.

Quelques éléments doivent encore être élucidés ,comme depuis combien de temps durait cette situation.

[Lire l'article complet sur le Huffington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Mexico city. Google map

Slate.fr

Newsletters

30 ans après, deux alpinistes retrouvés dans les glaces de l'Himalaya

30 ans après, deux alpinistes retrouvés dans les glaces de l'Himalaya

Ils avaient tenté l'ascension du sommet du Pumori, l'un des plus féroces du massif.

Une carte de la Stasi au nom de Poutine retrouvée dans des archives en Allemagne

Une carte de la Stasi au nom de Poutine retrouvée dans des archives en Allemagne

Le président russe était un agent du KGB stationné en Allemagne pendant les années 1980.

Aux États-Unis, on s'informe plus sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux

Aux États-Unis, on s'informe plus sur les réseaux sociaux qu'en lisant les journaux

Bientôt le cas en France?

Newsletters