Monde

107 esclaves libérés au Mexique

Temps de lecture : 2 min

107 personnes ont été libérées jeudi 3 décembre à Mexico: c'étaient des travailleurs asservis dans une usine clandestine, fabriquant des sacs et des vêtements, réduits en esclavage.

La police a procédé à un raid dans l'usine, dont les locaux étaient cachés dans un centre de réinsertion pour anciens drogués et alcooliques. Le procureur général de la ville, Miguel Angel Mancera, a souligné que la police avait été informée par un ancien employé qui s'était échappé. «Les victimes étaient exploitées; on abusait même de certaines sexuellement» a-t-il ajouté. Beaucoup souffraient également de déshydratation, de malnutrition, certains avaient des coupures, et des os cassés.

La plupart des esclaves étaient des Mexicains de communautés indigènes et ne parlaient pas espagnol. Ils avaient été enlevés, ou leurrés, partout dans le pays, et menés dans ce centre de Mexico, le centre St. Thomas-L'Elu de Dieu.

Agés de 14 à 70 ans, ces personnes étaient forcées à travailler 16 heures par jour, avec une pause de seulement 30 minutes. Ils mangeaient des pattes de poulet et des légumes pourris.

Quelques éléments doivent encore être élucidés ,comme depuis combien de temps durait cette situation.

[Lire l'article complet sur le Huffington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Mexico city. Google map

Newsletters

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

Les autorités locales prévoient d'installer des haut-parleurs partout dans la capitale du Vietnam pour des annonces quotidiennes. 

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

Après avoir manqué de sombrer dans l'indifférence, cet artisanat importé il y a treize siècles connaît un rebond appréciable.

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio