Monde

107 esclaves libérés au Mexique

Temps de lecture : 2 min

107 personnes ont été libérées jeudi 3 décembre à Mexico: c'étaient des travailleurs asservis dans une usine clandestine, fabriquant des sacs et des vêtements, réduits en esclavage.

La police a procédé à un raid dans l'usine, dont les locaux étaient cachés dans un centre de réinsertion pour anciens drogués et alcooliques. Le procureur général de la ville, Miguel Angel Mancera, a souligné que la police avait été informée par un ancien employé qui s'était échappé. «Les victimes étaient exploitées; on abusait même de certaines sexuellement» a-t-il ajouté. Beaucoup souffraient également de déshydratation, de malnutrition, certains avaient des coupures, et des os cassés.

La plupart des esclaves étaient des Mexicains de communautés indigènes et ne parlaient pas espagnol. Ils avaient été enlevés, ou leurrés, partout dans le pays, et menés dans ce centre de Mexico, le centre St. Thomas-L'Elu de Dieu.

Agés de 14 à 70 ans, ces personnes étaient forcées à travailler 16 heures par jour, avec une pause de seulement 30 minutes. Ils mangeaient des pattes de poulet et des légumes pourris.

Quelques éléments doivent encore être élucidés ,comme depuis combien de temps durait cette situation.

[Lire l'article complet sur le Huffington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Mexico city. Google map

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters