Sciences / Monde

Pourquoi un lac a viré au rose en Australie

Temps de lecture : 2 min

Le phénomène est naturel, mais il devrait devenir de moins en moins exceptionnel.

Parks Victoria / Facebook
Parks Victoria / Facebook

On connaissait l’histoire du lac russe qui vire au rose tous les ans autour du mois d’août, voici celle du lac australien. Depuis quelques jours, plusieurs médias se passionnent en effet pour l’histoire d’un lac salé dans le parc de Westgate à Melbourne qui a viré au rose. Histoire de mettre fin à toute théorie digne d’un épisode de X-Files, le New York Times souligne que tout ceci n’est pas une fiction et qu'il existe une explication logique.

«C’est bien réel, et c’est un phénomène naturel qui se produit un peu partout sur la planète. C’est ce qui se passe quand la seule chose vivante dans un lac extrêmement salé est un microbe unicellulaire qui aime le sel et qui fabrique des pigments que l’on appelle des “caroténoïdes”».

Dans ce cas-ci, explique à la BBC Mark Norman, le responsable scientifique des Parks Victoria, «la couleur est causée par une algue unicellulaire et inoffensive: la “Dunaliella”». Et si cette algue est si présente, c’est en raison des fortes chaleurs et la faible humidité qui touchent l’Australie en ce moment, poursuit le New York Times.

«Quand l’eau s’évapore, la salinité augmente de huit à dix fois comparé au niveau de l’océan (en comparaison, pour la mer Morte, le ratio est de un à six), ce qui crée un habitat extrême ou peu d’organismes peuvent vivre. Dans le cas du lac du parc de Westgate, la seule chose qui peut y vivre est une algue unicellulaire. Quand les concentrations en sel sont incroyablement élevées, elle produit des caroténoïdes qui donnent au lac sa couleur.»

Ce n’est pas la première fois qu’une telle chose se produit en Australie. La Dépêche du Midi raconte que «le lac salé de Westgate Park a déjà connu ce phénomène en 2014 et 2015», et que «ce genre d’événement est appelé à devenir de moins en moins exceptionnel alors que le climat se réchauffe sensiblement».

Et cela ne se limite pas à l’Australie, explique le quotidien américain. Des lacs similaires existent «en Espagne, au Sénégal, en Crimée, en Azerbaïdjan, en Tanzanie, en Bolivie, au Kenya, au Mexique, et dans d’autres pays».

À chaque fois, explique le Dr Norman, ces lacs virent au rose parce que «la bonne combinaison de facteurs existe: une forte salinité, le bon sel et les bons organismes». La BBC explique que si ce n’est pas dangereux, mieux vaut ne pas faire un tour dans l’eau, qui est extrêmement salée, et dont le sel finirait par se cristalliser sur la peau.

Pour ceux qui ont la chance d’être dans le coin, vous devriez avoir encore un petit moment pour admirer ce phénomène. Le lac devrait retrouver son bleu habituel quand les températures redescendront et que les précipitations augmenteront.

Slate.fr

Newsletters

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Les humains ne réprésentent que 0,01% de la vie sur Terre (mais nuisent aux 99,99% restant)

Nous sommes les moins nombreux, mais les plus gênants.

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

«Je jalouse un peu mes amies qui jouissent sans problème en cinq minutes chrono»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Sandra, une trentenaire qui arrive à jouir seule, mais pas avec ses partenaires.

Newsletters