Monde

Quand Obama donnait du «motherfucker»

Temps de lecture : 2 min

Des passages du livre audio de «Dreams of my father» regorgent d'insultes... lues par Barack Obama

Vous pensiez que dire le «I screwed up»(«J'ai foiré») lancé par Obama était, au choix, pas bien présidentiel, ou très honnête? Réjouissez-vous, voici un nouvel exemple du langage très décontracté utilisé par le nouveau locataire de la Maison Blanche.

Dans la version audio de son best-seller «Dreams of my father» («Les rêves de mon père»), le futur président américain cite un ami de lycée, Ray, qui avait la facheuse habitude de jurer à tout va. Du coup, c'est Barack Obama, lui-même conteur de son livre, qui se retrouve à enchaîner les «bitch», «nigga», et autres «motherfucker» qui pimentent les mots de Ray.

Un détail relevé par le blog du Boston Phoenix et d'April Winchell, qui met en ligne les meilleurs extraits du Président des Etats-Unis presque aussi déchaîné que Christian Bale.

(Photo : wikimedia, Elizabeth Cromwell)

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

Des toiles d'araignées apocalyptiques recouvrent l'Australie après des inondations

Des toiles d'araignées apocalyptiques recouvrent l'Australie après des inondations

Les araignées les ont fabriquées sur des supports plus élevés pour échapper aux tempêtes.

Un tableau de David Bowie déniché dans un magasin caritatif va s'envoler aux enchères

Un tableau de David Bowie déniché dans un magasin caritatif va s'envoler aux enchères

Achetée pour rien, l'œuvre va être vendue plusieurs milliers de dollars.

Des détectives viennent de résoudre une affaire de 1956 grâce à l'ADN

Des détectives viennent de résoudre une affaire de 1956 grâce à l'ADN

Des experts de la généalogie médico-légale ont réussi à identifier le responsable d'un double homicide commis il y a soixante-cinq ans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio