Monde

Quand Obama donnait du «motherfucker»

Temps de lecture : 2 min

Des passages du livre audio de «Dreams of my father» regorgent d'insultes... lues par Barack Obama

Vous pensiez que dire le «I screwed up»(«J'ai foiré») lancé par Obama était, au choix, pas bien présidentiel, ou très honnête? Réjouissez-vous, voici un nouvel exemple du langage très décontracté utilisé par le nouveau locataire de la Maison Blanche.

Dans la version audio de son best-seller «Dreams of my father» («Les rêves de mon père»), le futur président américain cite un ami de lycée, Ray, qui avait la facheuse habitude de jurer à tout va. Du coup, c'est Barack Obama, lui-même conteur de son livre, qui se retrouve à enchaîner les «bitch», «nigga», et autres «motherfucker» qui pimentent les mots de Ray.

Un détail relevé par le blog du Boston Phoenix et d'April Winchell, qui met en ligne les meilleurs extraits du Président des Etats-Unis presque aussi déchaîné que Christian Bale.

(Photo : wikimedia, Elizabeth Cromwell)

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

Joe Biden peut-il conquérir l'électorat afro-américain grâce à Kamala Harris?

Joe Biden peut-il conquérir l'électorat afro-américain grâce à Kamala Harris?

Problème: près de la moitié des personnes sondées de moins de 30 ans déclarent que voter «ne fait aucune différence».

Le Covid-19, une opportunité pour les régimes autoritaires?

Le Covid-19, une opportunité pour les régimes autoritaires?

De nombreux gouvernements à travers le monde ont utilisé la pandémie pour asseoir un peu plus leur pouvoir.

Crise économique post Covid-19: qui gagne, qui perd?

Crise économique post Covid-19: qui gagne, qui perd?

Étonnamment la Chine semble tirer son épingle du jeu, les États-Unis ne s'en sortent pas si mal tandis que l'Europe avance (ou recule) à son rythme.

Newsletters