France

Quand Benoît Hamon se fout de notre gueule

Laurent Sagalovitsch, mis à jour le 11.03.2017 à 9 h 25

Le revenu universel était au cœur de la campagne des primaires. En l'abandonnant, Benoît Hamon abîme la politique et l'idée de la parole donnée.

Revenu de basee | À contre-emploi via Flickr CC License by

Revenu de basee | À contre-emploi via Flickr CC License by

Ainsi donc, jeudi soir, les yeux dans les yeux, Benoît Hamon nous a tranquillement annoncé que de revenu universel, il n'en était plus vraiment question. Ce serait avec conditions de ressources ou cela ne serait pas. On était bien loin des déclarations tapageuses et provocatrices d'autrefois quand Madame Bettencourt et ses milliards se voyait, elle aussi, attribuer une allocation universelle au même titre que n'importe quel clampin.

Foin donc de cette idée qui, faut-il le rappeler, fut au cœur même de la campagne des primaires. Remise au placard cette proposition qui anima les débats, passionna l'opinion et à n'en pas douter contribua au succès de Benoît Hamon. Oubliée cette volonté de distribuer la même somme à tout jeune de 18 à 25 ans, et ce, quelque fut son niveau de ressources.

Ah ce que la politique peut-être laide lorsqu'elle se pare ainsi des atours de la volte-face et de la traîtrise. Ce qu'elle est désolante quand elle en vient à se compromettre dans des gesticulations électoralistes. Ce qu'elle est mesquine quand elle se dédit de la sorte et prend le contre-pied de ce qu'elle préconisait tantôt.

Dire l'exact contraire de ce qu'on a prôné et martelé pendant des semaines. Se renier avec un aplomb inouï et jouer à la vierge effarouchée si jamais on met le candidat devant ses contradictions pourtant criantes. Se perdre dans des circonvolutions infinies afin de justifier l'injustifiable et tenter de rejeter la faute sur son interlocuteur, obtus dans son refus de comprendre le nécessaire ajustement de ladite mesure: on voudrait nous désespérer de la politique qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

À dire vrai, je n'ai jamais adhéré à cette idée de revenu universel —j'en ai parlé ici— je ne voyais ni sa pertinence, ni sa logique, ni sa qualité sociale, mais au moins lui reconnaissais-je une fraîcheur, une audace, une insolence à même de stimuler notre intellect. C'était nouveau, c'était moderne, c'était révolutionnaire et cela permettait de penser la question du travail, de sa nécessité et de sa raréfaction, dans une société menacée par une robotisation plus ou moins galopante.

Et voilà que quelques semaines après son sacre, Benoît Hamon atteint de Pénélopite aigüe vient de détricoter pour la énième fois sa mesure phare, celle autour de laquelle s'articulait tout son projet de société: le revenu universel ne sera en rien universel, il consistera juste en un revenu d'appoint accordé selon l'âge et la condition de la personne. C'est-à-dire peu ou prou ce que proposait son adversaire de l'entre-deux tours...

C'était bien la peine d'organiser des débats si aussitôt les primaires passées, on en vient à adopter avec une parfaite hypocrisie le point de vue de son opposant!

À quoi bon s'ennuyer à voter pour tel ou tel candidat si sitôt élu, ce dernier s'empresse de renoncer à ce qui était au cœur même de sa réflexion? Nous ne sommes pas des marionnettes ou des variables d'ajustement, nous ne sommes pas des nombres sans visage, nous méritons mieux, bien mieux que ces stratégies d'appareil où pour espérer gagner quelques suffrages venus du camp d'à-côté ou d'en face, on se saborde sans aucun respect de la parole donnée.

Ce n'est plus de la politique, c'est de la tambouille politicienne de bas-étage peut-être digne d'un congrès, mais sûrement pas d'une élection présidentielle, c'est de la mélasse inconsistante qui rabaisse ceux qui nous la servent et abîment encore un peu plus la démocratie.

Et c'est surtout un immense foutage de gueule.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici : Facebook-Un Juif en cavale

Laurent Sagalovitsch
Laurent Sagalovitsch (134 articles)
romancier
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte