Monde

La réforme de la santé de Trump sera défavorable à des millions de ses électeurs

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 11.03.2017 à 8 h 29

Repéré sur New York Times

De nombreux électeurs de Donald Trump aux revenus modestes bénéficiaient de subventions que le projet de santé républicain veut fortement réduire.

Donald Trump lors d'une réunion sur la réforme de santé le 10 mars 2017 à Washington. SAUL LOEB/AFP.

Donald Trump lors d'une réunion sur la réforme de santé le 10 mars 2017 à Washington. SAUL LOEB/AFP.

Pendant sa campagne, Donald Trump avait promis de ne pas toucher à Medicaid et Medicare, les deux programmes gouvernementaux qui procurent une assurance abordable aux petits revenus et aux personnes âgées. Sa promesse est même immortalisée dans un tweet lors des primaires républicaines:

«J'etais le premier et le seul candidat potentiel du parti républicain à dire qu'il n'y aura pas de coupes budgétaires pour la Sécurite Sociale, Medicare et Medicaid. Huckabee m'a copié.»

Une fois élu, il a continué de dire qu'il procurerait une assurance moins chère pour tout le monde, sans jamais expliquer comment. Or la proposition de réforme santé qu'il soutient est une trahison totale de ses promesses: les impôts permettant de subventionner l'assurance pour les revenus modestes seraient éliminés, ce qui revient à faire un cadeau aux familles riches au détriment des pauvres. Des millions de membres de la classe ouvrière blanche qui avaient voté pour Trump devront en règle générale payer plus cher pour leur assurance à cause du projet de Trump et des Républicains.

Déjà, la presse américaine a trouvé plusieurs électeurs de Trump qui ont désormais peur que leur assurance devienne trop chère à cause du projet républicain. Martha Brawley, 55 ans, a voté pour Trump, mais le projet de réforme du président serait particulièrement désavantageux pour elle: avec Obamacare, elle recevait 8.600 dollars de subventions annuelles pour payer son assurance, alors qu'avec le projet de Trump, elle n'en recevrait que 3.500. 

Selon des calculs de Nate Cohn dans le New York Times, Brawly est loin d'être la seule électrice de Trump qui a voté contre ses propres intérêts. Le journaliste a trouvé que chez les Américains qui perdraient plus de 7.500 dollars en subventions pour acheter leur assurance, 58% avaient voté pour Trump, et chez ceux qui perdraient entre 5.000 et 7.500 dollars par an, 60% avaient voté pour Trump.

Dans un blog du Washington Post, Greg Sargent résume ainsi la situation: «Oui, Trump a bien arnaqué un grand nombre de ses électeurs de la classe ouvrière.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte