Tech & internet

Les Instagram de brunchs survivront-ils à la présidence de Donald Trump?

Temps de lecture : 2 min

Le «personal branding» et les posts légers sont jugés par certains comme difficilement compatibles avec une Amérique qui glisse vers le côté obscur.

/
Maharlika brunch / erin via Flickr CC License By

Comme beaucoup de ses concitoyens, River Clegg est un Américain qui vit dans la colère. «Neuf ans, écrit-il dans le New Yorker. C’est le temps qu’il m’a fallu pour façonner méticuleusement une personnalité en ligne à la fois drôle, dans l’air du temps, à l’aise avec les technologies, capable d’un autodénigrement dosé et nerd à un niveau convenable.» Soit ce que chacun d’entre nous rêve d’accomplir sur les réseaux sociaux à l’heure où la mise en avant de ses fragilités est devenu une forme détournée de célébration de soi.

Mais voilà, cette belle aventure est mise en péril par la présidence à peine entamée de Donald Trump. Entre le «muslim ban», le décret anti-immigration de Trump ciblant sept pays à prédominance musulmane, la guerre contre les médias et même contre les faits de son équipe et les innombrables éructations du président sur Twitter, comment hiérarchiser ses indignations en ligne?

«Chacune de ces choses exigerait, au minimum, un tweet outragé», constate l'auteur. Mais voilà, «les réseaux sociaux sont une question de rythme. Vous ne pouvez pas poster un message toutes les cinq minutes, vos abonnés se lassent.»

Or sous le mandat de Trump, les comptes sociaux de River Clegg alternent entre une photo de manifestation, une vidéo virale, un long article historique sur les racines du totalitarisme ou un édito du New York Times. Comment trouver, au milieu de ce retour du tragique, le temps de placer un Instagram de brunch, se lamente l’auteur? Et où poster ce GIF de Tom Hanks si amusant qu’il vient de créer? «L’Amérique de Trump est un endroit très sombre», conclut l’auteur de l’article. Y compris pour l'entretien de son «personal branding».

Slate.fr

Newsletters

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Pour la version française, en revanche, ce n'est pas aussi restrictif.

Comment les entreprises nous ont persuadés que les tests de personnalité sont sympas

Comment les entreprises nous ont persuadés que les tests de personnalité sont sympas

Ce n'est pas un hasard si un simple test de personnalité sur Facebook a permis à Cambridge Analytica de récolter les données de millions d'utilisateurs.

Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook

Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook

Si vous ne faites pas attention à ce que vous acceptez, il est possible de faire marche arrière.

Newsletters