Science & santé

Est-on fait pour dormir d’une traite ou de manière segmentée? 

Repéré par Florian Adam, mis à jour le 09.03.2017 à 17 h 03

Repéré sur New York Magazine 

Chez les scientifiques, le débat est ouvert. 

Woman sleeping in her bed | simpleinsomnia via Flickr CC License by

Woman sleeping in her bed | simpleinsomnia via Flickr CC License by

Couché 23 heures. Levé 7 heures. Dans nos sociétés modernes, une bonne nuit de sommeil ne peut signifier pour beaucoup qu’une chose: 8 heures de sommeil d’une seule traite. Et si on changeait nos habitudes et adoptait l'efficace «sommeil segmenté» comme le rapportait Slate en avril dernier

Benjamin Reiss, auteur de Wild Nights: How Taming Sleep Created Our Restless World, rappelle dans New York magazine que notre conception moderne d’une nuit de sommeil est une invention récente. Il n’y a pas si longtemps que cela, avant le XIXe siècle, l’homme avait encore pour habitude de se réveiller au beau milieu de la nuit avant de se rendormir: une nuit de sommeil fragmenté en deux parties. Cependant, des études contestent le caractère ancestral du «sommeil segmenté». Petit retour en pour y voir plus clair, avant de commencer à se réveiller en pleine nuit. 

L'arrivée de la lumière artificielle a  bouleversé nos habitudes de sommeil

En 1993, Thomas Wehr, un psychiatre de l’Institut national de la santé (États-Unis), conduit une expérimentation clinique consistant à priver des individus de lumières artificielles. Il fait le constat que le cycle de sommeil habituel est modifié. Les sujets se réveillent au milieu de la nuit, environ une heure après minuit, avant de se rendormir. Durant cette période d’éveil, le cerveau produit une hormone, la prolactine, qui normalement libérée pendant l’orgasme permet de diminuer le niveau de stress. Une découverte qui concorde avec les recherches de l’époque de l’historien Roger Ekirch, fait remarquer New York Magazine. Son essai, Sleep We Have Lost: Pre-Industrial Slumber in the British Isles (le sommeil que nous avons perdu: le sommeil préindustriel dans les îles britanniques), publié en 2001, est désormais devenu un classique. 

«Pratiquement rien sur notre modèle standard de sommeil n’existait comme nous le connaissons, il y a deux siècles, y compris l'idéal de huit heures de sommeil ininterrompu», rappelle le magazine new-yorkais.

Dans son essai, Roger Ekirch développe l’idée qu’avant les années 1800, en Europe et en Amérique du Nord le sommeil était divisé en deux parties : le «premier sommeil» ou «sommeil profond» et le «second sommeil» ou «sommeil matinal» qui permet de se réveiller en douceur. L’historien a démontré que cette période d’éveil nocturne était utilisée pour prier, faire l’amour, interpréter les rêves, ou s’assurer de la sécurité du groupe.

Des habitudes qui ont disparu au XIXe  siècle en Europe et en Amérique du Nord siècle avec l’arrivée de puissantes lumières artificielles, souligne le magazine. Pour Roger Ekirch, la lumière artificielle dans nos sociétés modernes a «bouleversé notre cycle de sommeil ancestral», plus que les nouvelles technologies ou l’organisation nouvelle du travail. 

Des divergences scientifiques 

Prise au sérieux dans le milieu scientifique, la thèse de Roger Ekrich est également contestée. Peut-on vraiment en tirer un modèle universel, applicable à tous les hommes? Jerome Siegel (département de psychiatrie et de sciences comportementales) et Gandhi Yetish (département d’anthropologie) de l’université de Californie à Los Angeles avancent eux une autre théorie.

Ils ont étudié des sociétés de chasseur-cueilleur en Tanzanie, en Namibie, et en Bolivie. Elles dorment seulement 6 heures par nuit d’une seule traite, accompagnées d’une sieste la journée. Pour ces universitaires, ce modèle se rapprochant plus du notre correspond à celui de nos ancêtres les «homo sapiens prémodernes». Il leur est cependant reproché qu'au contact du monde moderne (colonialisation, administration, tourisme, etc.), les sociétés étudiées ne représenteraient pas des sociétés prémodernes de chasseur-cueilleur. Reste qu'à ce jour, notre question n'a toujours pas de réponse. La communauté scientifique continue à débattre pour savoir quel est notre vrai cycle naturel de sommeil.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte