Sports

Comment le PSG est devenu la marque mondiale de la lose

Camille Belsoeur, mis à jour le 09.03.2017 à 15 h 12

Le Qatar, propriétaire du club de la capitale depuis 2011, pensait faire du PSG une vitrine pour ses pétrodollars. Le football en a décidé autrement mercredi 8 mars.

Les Parisiens viennent d'encaisser le sixième but, synonyme d'élimination, à Barcelone le 8 mars 2017. JOSEP LAGO / AFP

Les Parisiens viennent d'encaisser le sixième but, synonyme d'élimination, à Barcelone le 8 mars 2017. JOSEP LAGO / AFP

C'est l'histoire d'une chanson reprise par les supporters parisiens les soirs de victoire. Elle dit ceci: 

«Allez Paris, 
Paris est magique, 
Allez Paris, Allez PSG.»

Mais les nuits de défaite honteuse, le «magique» est remplacé ironiquement par les fans adverses en «tragique». Après l'élimination historique du PSG face à Barcelone mercredi 8 mars, nul doute que ce sont les supporters parisiens eux-mêmes qui emploieront ce mot pour désigner leur équipe. Si vous ne suivez le football que de très loin, sachez que le club de la capitale est le premier de l'histoire à se faire éliminer sur un match aller-retour de coupe d'Europe après avoir gagné 4-0 la première manche. Mercredi 8 mars à Barcelone, les joueurs catalans l'ont emporté 6-1, soit un total de 6-5 à leur avantage sur les deux rencontres. Depuis 1955, toutes coupes d'Europe confondues, 213 équipes avaient gagné 4-0 au match aller. Aucune n'avait été éliminée au retour. 

«À quelques centimètres, à quelques secondes de devenir un grand d'Europe, ou de pouvoir l'espérer, le PSG est devenu, hier soir, en tombant dans le précipice, une marque mondiale symbolisant l'échec, même quand la victoire est proche», analyse de manière très juste l'éditorialiste Vincent Duluc dans l'édition du 9 mars du journal L'Équipe. 

Car depuis son rachat par l'État du Qatar, par le biais du fonds souverain Qatar Investment Authority, propriété de la famille royale de l'émirat, le PSG est devenu une marque mondiale. Une vitrine dont le Qatar voulait se servir pour briller dans l'univers du football d'ici la Coupe du monde 2022 qui sera organisée dans ce désert hérissé de tours géantes, sorte d'oasis du capitalisme.

Pour gagner vite, les Qataris ont dépensé des centaines de millions d'euros pour acheter des stars qui, jamais n'auraient posé les pieds à Paris sans ces pétrodollars. Javier Pastore, Thiago Motta, Thiago Silva, Edinson Cavani, David Luiz et surtout Zlatan Ibrahimovic ont fait basculer les fans parisiens dans une autre dimension: celle des clubs susceptibles de gagner la prestigieuse Ligue des champions et de faire briller les yeux des gamins. 

Ils n'auront jamais assez d'avance

Mais depuis 2011, et son passage sous pavillon émirati, le PSG est en fait devenu le symbole mondial de la lose. Après leur naufrage historique contre Barcelone, le modèle sportif que rêvait d'imiter le Qatar mais qui les a éliminés trois fois en cinq ans (2013, 2015, 2017), les Parisiens donnent l'impression qu'ils n'y arriveront jamais. Ils peuvent prendre une avance toujours plus grande au match aller, ils seront toujours rattrapés par leurs fantômes lors de la manche retour, cette fois dès les huitièmes de finale. Le club qui s'est fixé pour ambition de remporter la Ligue des champions n'a tout simplement plus jamais atteint le stade des demi-finale de la compétition sous l'air qatari.

Tous les fans parisiens y avaient déjà cru en quarts de finale face au club londonien de Chelsea en 2014: après une victoire 3-1 dans son antre du Parc des Princes, le PSG s'était incliné 2-0 à Londres, encaissant un but décisif à trois minutes du coup de sifflet final

Mercredi 8 mars, au Camp Nou, les Parisiens ont semblé ne pas oser voler la couronne au roi d'Europe. Comme si le costume était trop large pour eux. Des stars, comme le défenseur brésilien Thiago Silva, 32 ans, international brésilien surnommé «O Monstro», ont été une nouvelle fois rattrapées par la pression.

Dès le coup d'envoi de la rencontre, le PSG s'est sabordé en se recroquevillant dans sa surface de réparation, seule chose qu'il ne fallait pas faire face aux Catalans. 

«À peine le match commencé, on s'est mis tous derrière. Ce n'est pas du tout ce qui était prévu. Ce n'était pas les consignes», avouera le milieu de terrain Adrien Rabiot à la fin de la rencontre. 

 

La riséee de l'Europe

Après l'éclatante victoire 4-0 face à Barcelone à l'aller et son meilleur joueur du XXIe siècle, Lionel Messi, les fans parisiens imaginaient marcher sur l'Europe. Le Qatar se voyait déjà inonder les boutiques d'Europe, de Chine, de Doha de centaines de milliers de maillots brodés du fier écusson orné en son centre de la tour Eiffel –un logo qui avait été redessiné à la demande des Qataris pour mettre plus en valeur le plus célèbre monument de Paris. 

Aujourd'hui, Paris est seulement la risée de l'Europe. La tour Eiffel a, comme le nez de Pinocchio, révélé un mensonge: non le PSG n'est pas l'un des meilleurs clubs de la planète. 

L'équipe de la capitale est désormais l'égérie de multiples détournements parodiques. Le dernier but des Catalans dans les dernières secondes du match est rejoué sur la musique de Titanic. 

Le community manager du FC Barcelone, qui pensait se faire humilier par un nouveau riche prétentieux, s'est vengé en réaffirmant à l'aide d'une photo la grandeur du «Més que un club» («Plus qu'un club»), le slogan de l'équipe catalane. 

«C'était comme un film. Mais un film d'horreur pas un thriller», a confié devant les micros l'entraîneur espagnol Luis Enrique après cette nuit pas comme les autres. C'est exactement ça, un film d'horrreur avec des suites qui se répètent sans cesse, façon Scream, dans lesquelles les joueurs du PSG se font à chaque fois rattraper par le tueur à la tronçonneuse en courant dans la mauvaise direction. Pour ne rien arranger à l'affaire, le club parisien n'est aujourd'hui que deuxième du championnat à trois points de Monaco et à égalité de points avec Nice. Le cauchemar 2017 du PSG ne fait peut-être que commencer.

Camille Belsoeur
Camille Belsoeur (119 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte