France

Le racisme de la presse people, on en parle?

Temps de lecture : 2 min

Pour Gala, les pagnes du haut-commissaire du Swaziland et de son épouse sont indignes d'une rencontre officielle. Le cas du magazine people n'est malheureusement pas isolé.

JOHN STILLWELL / AFP
JOHN STILLWELL / AFP

Du titre à la chute, il y a un problème. «Un peu de tenue», titre Gala à l’occasion de la visite du haut commissaire de Swaziland, Christian Muzie Nkambule et de son épouse, au Buckingham Palace le 1er mars dernier. Le problème pour Gala –qui constitue l’angle de la brève publiée ce 8 mars–: les tenues vestimentaires traditionnelles «osées» du haut-commissaire et de sa femme, dignes d’un «mardi gras».

Il y avait pourtant tant d’autres choses à dire: comme rappeler, par exemple, que le Swaziland est une monarchie absolue gérée comme une dictature. Mais ce sont les tenues vestimentaires «osées» du couple swazi qui ont retenu l’attention de la rédaction de Gala.

Le mépris n’est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux.

L’écrivain Alain Mabanckou, lui-même, a tweeté sur le sujet dénonçant «l’ignorance criarde» du magazine et ses «commentaires insipides».

Le tollé a forcé Gala à présenter des excuses dans lesquelles la rédaction reconnaît qu’elle a publié un «flash express plus que déplacé» et que «le titre, ses mots, son ton ont été mal choisis».

Ce n’est pas la première fois qu’un titre de presse people suscite de telles réactions: quand pour Voici, l’afro d’Omar Sy «frisait le ridicule», quand Public comparait l’afro de Solange Knowles à un dessous de bras ou quand Public, encore, avait qualifiée North West, fille métisse de Kanye West et de Kim Kardashian d’héritière malheureuse des «gènes» capillaires de son père, les commentaires étaient aussi sidérés. Toutes ces brèves people ont en commun un racisme décomplexé que les rédactions justifient souvent par leur ton «impertinent».

Alors, questions (im)pertinentes: combien de fois sera t-il nécessaire de répéter que les traits physiques et les traditions de personnes non-blanches ne sont pas des déguisements? Que ces traditions ne servent ni à la condescendance ni au divertissement des Occidentaux?

Slate.fr

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters