Science & santé

On sait enfin pourquoi les moutons sont en chaleur en hiver

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 08.03.2017 à 10 h 39

Repéré sur The Guardian

La mélatonine, dont la production varie en fonction de la lumière, influence les périodes d'accouplement.

A sheep in the long grass | Michael Palmer via Wikimédia CC License by

A sheep in the long grass | Michael Palmer via Wikimédia CC License by

Quand vient l'hiver, les moutons changent, physiquement et physiologiquement. L'épaisseur de la laine s'amincit, les cornes grandissent chez ceux qui sont concernés... et l’appétence sexuelle se développe. Ce comportement est resté en grande partie inexplicable... jusqu'à ce que des chercheurs de l'université de Nottingham se penchent sur ce mystère et trouvent enfin une explication: la lumière.

Tout d'abord, comme l'explique le Guardian sur son site, un peu de biologie. «Cela fait longtemps qu'on sait que les changements dans la fertilité des animaux est liée à la mélatonine, une hormone diffusée la nuit depuis la glande pinéale dans le cerveau. Cette hormone agit sur une autre glande, la glande pituitaire, qui affecte les niveaux des hormones sexuelles qu'elle produit.» Notons aussi que la production de mélatonine est plus importante quand la lumière est moins importante.

En ce qui concerne les moutons maintenant: la région de la glande pituitaire censée détecter le taux de mélatonine n'est pas reliée aux zones de production d'hormones sexuelles. Les scientifiques ne trouvaient pas d'explication, jusqu'à ce que David Bates et son équipe se penchent dessus dans le cadre d'une étude. Le chaînon manquant est une protéine, fabriquée dans la fameuse zone de la glande pituitaire.

«Cette protéine est faite sous deux formes, explique le chercheur. C'est fabriqué sous une forme qui bloque la croissance des vaisseaux sanguins, ou sous une forme qui stimule la croissance de ces vaisseaux. La mélatonine contrôle le type de protéine est fabriquée.»

Mieux gérer la reproduction

En gros, la production de la protéine permettant de bloquer la croissance des vaisseaux sanguins et de réduire les liaisons au sein de la glande pituitaire, est lancée durant les longues productions de mélatonine. C'est-à-dire pendant l'hiver puisque la lumière est plus faible. La protéine stimule la production d'hormones sexuelles, ce qui met les moutons dans des dispositions favorables aux relations sexuelles... L'été, la protéine fonctionne à l'inverse comme un «tue l'amour».

Cette recherche pourrait aider les éleveurs à mieux gérer les périodes de reproduction, plus à même de s'adapter à des hivers plus longs ou plus durs selon les années. De manière générale, cette étude permet d'en apprendre plus sur les conditions de reproduction des animaux. En revanche, les scientifiques ne savent toujours pas expliquer pourquoi la période de reproduction des chevaux, elle, va du printemps à l'été, quand le taux de mélatonine est au plus bas. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte