Tech & internet

Quand la BBC signale à Facebook des images pédophiles, le réseau dénonce les journalistes à la police

Temps de lecture : 2 min

Alors que les journalistes tentaient de démontrer le manque de modération de contenus sexualisant de jeunes enfants, Facebook a décidé de les dénoncer aux autorités britanniques.

/
Logo Facebook.

Tout est parti d'une excellente enquête de la BBC publiée il y a an de cela. On y apprenait que des pédophiles utilisaient des groupes Facebook secrets pour y partager des images sexualisées d'enfants, accompagnés à chaque fois de commentaires obscènes et violents. Depuis ces révélations, Facebook a assuré avoir amélioré ses instruments de signalement et de lutte contre ce genre de contenus.

Un an plus tard, la BBC a voulu savoir si ces nouvelles mesures étaient effectivement efficaces. Le 7 mars 2017 donc, en début de journée, le média britannique explique avoir signalé à Facebook cent contenus inappropriés partagés sur sa plateforme, notamment des images sexualisées d'enfants et des groupes où des adultes partagent des images volées d'enfants. «Sur les cent, 18 ont été enlevées», constate la BBC, Facebook ayant expliqué que les 82 contenus restant ne violaient pas les règles de communauté du site.

«J'ai été très perturbée par ce que j'ai vu, très déçue que, un an après, on voit encore des images aussi sexualisées, ce qui est selon moi totalement inacceptable», regrette Anne Longfield, de Children's Commissioner.

Un responsable de Facebook a accepté la demande d'interview de la BBC, à condition que les journalistes fournissent des contenus signalés qui n'ont pas été supprimés. «La BBC l'a fait, mais a été en conséquence dénoncée à l'Agence national britannique du crime.» Dans un communiqué, le réseau social a affirmé avoir supprimé les contenus signalés par la rédaction et s'est expliqué sur la dénonciation à la BBC.

«Il est contraire à la loi de distribuer des images montrant l'exploitation d'enfants. Quand la BBC nous a envoyé ces images, nous avons suivi les règles de notre industrie et les avons envoyées au Ceop [Child Exploitation & Online Protection Centre].»

Business Insider explique de son côté, pour trouver un début d'explication à une telle décision, que la loi pour la Protection des Enfants interdit le téléchargement ou la distribution des contenus exploitant les enfants. Il est possible que la BBC, en possédant ces images, a ainsi été inquiétée.

«On peut seulement penser que les dirigeants de Facebook ne voulaient ou étaient réticents à l'idée de donner une interview ou rentrer dans un débat pour comprendre pourquoi ces images sont disponibles sur le site Facebook», a conclu David Jordan, directeur de la politique éditoriale de la BBC.

Slate.fr

Newsletters

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Pour la version française, en revanche, ce n'est pas aussi restrictif.

Comment les entreprises nous ont persuadés que les tests de personnalité sont sympas

Comment les entreprises nous ont persuadés que les tests de personnalité sont sympas

Ce n'est pas un hasard si un simple test de personnalité sur Facebook a permis à Cambridge Analytica de récolter les données de millions d'utilisateurs.

Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook

Comment désactiver la reconnaissance faciale sur Facebook

Si vous ne faites pas attention à ce que vous acceptez, il est possible de faire marche arrière.

Newsletters