Sciences / Monde

Quand les robots lisent dans nos pensées

Temps de lecture : 2 min

Il est désormais possible de corriger les erreurs des machines, sans un mot.

Crédits : Pixabay https://pixabay.com/fr/robot-japon-centre-commercial-1964072/
Crédits : Pixabay https://pixabay.com/fr/robot-japon-centre-commercial-1964072/

Les conversations avec les machines se font de moins en moins rares. S’il est désormais possible de discuter avec des ordinateurs via des outils comme les bots, ces derniers peuvent désormais aussi lire dans nos pensées. C’est le résultat d’une expérience du MIT, relayée par Quartz.

Les chercheurs ont utilisé l'électroencéphalographie (EEG) pour envoyer des données aux robots. L’EEG consiste à placer des capteurs sur le visage et le haut de la tête d’une personne, et à mesurer son activité cérébrale.

Et les mesures, récoltées sous forme de vagues, sont ensuite envoyées au robot Baxter. Ainsi, grâce à un algorithme, l’humain qui interagit avec la machine est capable de lui dire si elle fait une erreur. Le tout, sans avoir besoin de parler.

Quand le robot comprend qu’il a fait mal la tache qui était demandée de lui à la réaction de celui qui l'observe, il rougit et modifie son comportement. Dans ladite expérience, il doit déposer des bombes de peinture dans des boîtes, et rectifie tout de suite sa trajectoire lorsqu’on le lui demande. L’analyse des pensées de l’humain dure environ 30 millisecondes.

Ce type d'interaction est amené à se développer à l’avenir puisque, des voitures aux drones livreurs, les robots risquent d’avoir de plus en plus d’autonomie. Ce qui ne les empêchera pas donc d'être connecté au plus près à nos pensées.

Slate.fr

Newsletters

Les égoïstes gagneraient moins d'argent que les personnes généreuses

Les égoïstes gagneraient moins d'argent que les personnes généreuses

Ils ont aussi moins d’enfants.

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

Vivre éternellement jeune? On en rêvait déjà à l'époque médiévale, tout en craignant que l'immortalité ne soit finalement une malédiction.

Les chiens de laboratoire ne seront plus euthanasiés mais adoptés

Les chiens de laboratoire ne seront plus euthanasiés mais adoptés

La U.S. Food and Drug Administration envisage de changer ses méthodes de recherche vétérinaire pour épargner les chiens de laboratoire.

Newsletters