France

Pourquoi les forces de l'ordre votent-elles massivement FN?

Jérôme Fourquet, mis à jour le 08.03.2017 à 11 h 07

Les bureaux de vote auxquels sont rattachés les casernes de gendarmes mobiles, les camps militaires et les villes de garnisons témoignent de l'augmentation du vote FN depuis 2012. Les forces de sécurité font office de loupe grossissante en amplifiant puissamment les tendances à l’œuvre dans l’ensemble du corps social.

Des officiers du GIGN lors d'une visite du ministre de l'Intérieur à Mamoudzou, Mayotte. Ornella LAMBERTI / AFP

Des officiers du GIGN lors d'une visite du ministre de l'Intérieur à Mamoudzou, Mayotte. Ornella LAMBERTI / AFP

Slate publie en avant-première cette analyse du vote des forces de sécurité réalisée par Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion et Stratégies d'entreprises de l'Ifop. La version intégrale est à lire sur le site de l'Ifop.

En dépit des mises en garde proférées contre les fonctionnaires qui seraient instrumentalisés par le pouvoir, Marine Le Pen affiche une grande sollicitude en direction des forces de sécurité dans cette campagne. Elle a ainsi visité le 7 février dernier les commissariats de Savigny-sur-Orge, Athis-Mons et Juvisy-sur-Orge. Ce choix de ces lieux ne devait rien au hasard. Quelques semaines plus tôt, le 14 janvier, une bande avait saccagé nuitamment un quartier de Juvisy-sur-Orge. Par ailleurs, les policiers qui avaient été agressés à coups de cocktails Molotov à Viry-Châtillon (attaque dans laquelle deux fonctionnaires furent très grièvement brûlés) étaient rattachés à ces commissariats.

Symboliquement, ce déplacement de Marine Le Pen dans des commissariats coïncidait de surcroît avec la visite que rendit François Hollande à Théo, ce jeune Aulnaisien grièvement blessé lors d’un contrôle quelques jours avant. Jérôme Cochet, responsable de la communication du dire.cteur de campagne frontiste, David Rachline, ne manquera pas de faire un parallèle en écrivant sur Twitter, photos à l’appui, dans un tweet depuis supprimé:

«L’une [Marine Le Pen] est au chevet des boucliers de la nation. L’autre [François Hollande] est au chevet des racailles.»

Marine Le Pen, soutien inconditionnel des forces de l'ordre

Intervenant après plusieurs nuits d’émeutes dans différentes banlieues, consécutives à l’affaire Théo, ce déplacement de Marine Le Pen lui permit de rappeler son soutien aux forces de l’ordre et de dérouler certaines de ses propositions en la matière comme la création de 15.000 postes de policiers et de gendarmes. Interrogée sur le fait de savoir si cette interpellation très violente pouvait être qualifiée de «bavure», elle adopta une position de défense intégrale et inconditionnelle des policiers, attitude qui ne fut pas, loin s’en faut, celle de tous les responsables politiques, en déclarant: 

«Je ne vois pas comment on peut faire autrement, dans un État de droit, que d’attendre que la justice se prononce. Je trouve inadmissible de clouer au pilori des policiers avant même que l’enquête ait débuté.»

Le matin même, sur LCI, elle avait déclaré: «Mon principe de base, c’est, d’abord, je soutiens les forces de police et de gendarmerie, voilà. Sauf démonstration par la justice qu’ils ont commis un délit ou un crime.»

Deux semaines plus tard, le 22 février, la candidate du FN se rendait à la prison de Meaux-Chauconin à l’invitation d’un responsable local du syndicat FO pénitentiaire, invitation adressée à tous les candidats et qu’à ce jour, seule Marine Le Pen avait acceptée. Dans cette prison, sur le parking de laquelle deux surveillantes avaient été renversées délibérément par une voiture en janvier 2016, la candidate annonça son intention de construire 40.000 places de prison supplémentaires et d’instaurer une perpétuité réelle incompressible. 

Cette sollicitude vis-à-vis des forces de l’ordre se manifesta de nouveau quand Marine Le Pen rendit hommage aux 11 fonctionnaires de police et de gendarmerie qui avaient été blessés le 25 février à Nantes lors d’une manifestation d’opposants au FN venus protester contre la tenue d’un meeting dans la ville le lendemain. Cette attitude, comme le soutien sans faille apporté aux policiers dans l’affaire d’Aulnay et les annonces de moyens et d’effectifs supplémentaires, trouvent un écho dans une population de gendarmes, policiers et militaires fortement exposée aux violences, qu’elles soient en lien avec le terrorisme (on rappellera l’égorgement du couple de policiers de Magnanville), les violences urbaines (c’est à la suite de l’attaque d’une voiture de police à Viry-Châtillon que le vaste mouvement de protestation dans la police fut déclenché à l’automne dernier) ou avec la délinquance traditionnelle.

Des policiers et gendarmes exposés à une violence croissante

Comme on peut le voir sur le graphique suivant, le nombre de policiers blessés en mission a fortement augmenté ces dernières années. 

D’après les informations disponibles, cette tendance se serait poursuivie pour l’année 2016, au cours de laquelle les nombreuses manifestations contre la loi Travail ont donné lieu à des affrontements violents pendant lesquels des fonctionnaires de police ont été blessés en nombre. Les images de l’attaque puis de l’incendie d’une voiture de police quai de Valmy à Paris, le 18 mai 2016 par des casseurs en marge d’une manifestation avaient notamment fortement marqué les esprits.

La même tendance est à l’œuvre pour le corps de la gendarmerie. Une hausse sensible du nombre de blessés en mission a été enregistrée à partir de 2013, où de nombreux effectifs de gendarmerie mobile ont été engagés dans les affrontements avec les zadistes de Notre-Dames-des-Landes. En 2014, c’est le chantier du barrage de Sivens qui a été le théâtre des mêmes scènes et en 2015, c’est la gestion de la crise de la jungle de Calais qui a occasionné le déploiement de nombreux escadrons de gendarmerie mobile, où les affrontements avec des migrants et les militants No border se sont aussi soldés par des blessés supplémentaires. Les blessés enregistrés dans les rangs de la gendarmerie territoriale, en charge de la lutte contre la délinquance, ont eux aussi été plus nombreux ces dernières années.

Ces conditions d’exercice de leurs missions ne sont pas sans peser sur l’état des gendarmes. Une enquête récente de l’Ifop pour l’Essor de la Gendarmerie nationale indiquait ainsi que 54% d’entre eux ressentaient souvent ou de temps en temps de la peur dans le cadre de leurs missions. À cela s’ajoute également, comme parmi leurs collègues policiers, une absence ou une insuffisance de moyens. Ainsi, seulement 33% des gendarmes se disent satisfaits de leurs conditions matérielles de travail (locaux, matériel informatique, véhicules).

[...]

En 2012 comme en 2015, gendarmes et militaires ont été nombreux à voter FN

Ce climat d’opinion très particulier n’est pas sans incidence sur les comportements électoraux. Nous avions mis en lumière un survote assez prononcé des gendarmes pour Marine Le Pen à l’élection présidentielle de 2012. Il semblerait que les attentats et le contexte sécuritaire soient venus amplifier cette tendance lors des régionales de 2015. On constate pour ce scrutin, des niveaux de vote Front National élevés voire très élevés dans les bureaux de vote auxquels sont rattachées les casernes de gendarmerie mobile ou de la garde républicaine.

Le vote Front National déjà structurellement puissant dans ces bureaux a très clairement augmenté entre la présidentielle et les élections européennes, traduisant sans doute une exaspération de ces gendarmes et de leurs familles face à la politique sécuritaire et pénale du gouvernement mais aussi une profonde insatisfaction concernant leurs conditions de vie et de travail ainsi que peut-être une radicalisation suite aux événements de Notre-Dame-des Landes. Or, dans plusieurs bureaux de vote tests que nous avons pu identifier, non seulement ce niveau élevé n’a pas diminué, mais il a encore grimpé entre les européennes et les régionales comme le montre le tableau ci-dessous.

À Hyères, Amiens et Lyon, il s’agit de casernes de gendarmes mobiles et à Nanterre d’une caserne de la garde républicaine. Le bureau de Nanterre présente une autre spécificité qui est de compter parmi les inscrits sur la liste électorale uniquement des gendarmes (en l’occurrence des gardes républicains) et leurs familles, alors que dans les autres exemples cités, la population gendarmique constitue certes une part importante du corps électoral du bureau de vote mais des «civils» habitant le quartier votent également dans le même bureau. Le cas de Nanterre permet donc de disposer d’un échantillon «chimiquement pur» pour suivre le vote des gendarmes même s’il s’agit d’un corps spécifique, qui est celui de la garde républicaine.

Deux autres bureaux présentent les mêmes caractéristiques, il s’agit des bureaux n°10 et 11 de Versailles qui correspondent au camp de Satory. Ce camp abrite des militaires, des unités blindées de la gendarmerie mais aussi le très prestigieux GIGN, qui a été engagé en première ligne face aux frères Kouachi à Dammartin-en-Goële en janvier 2015. Dans ces deux bureaux également, la progression du vote frontiste a eu lieu entre 2012 et 2014 puis de nouveau entre 2014 et 2015.

On observe un phénomène similaire à l’échelle communale dans des communes abritant une implantation militaire. C’est notamment le cas à Mourmelon-le-Grand et Mourmelon-le-Petit où sont situés un important camp de manœuvre et différentes unités, dont le 501e régiment de chars de combat, à Suippes, où est implanté le 40e régiment d’artillerie ou bien encore à Guer, siège de l’école de Saint-Cyr-Coëtquidan dans le Morbihan.

Dans toutes ces communes où le poids des militaires et de leur famille pèse significativement car la population communale est relativement limitée, les scores du FN au premier tour en 2015 se situent très au-dessus de la moyenne départementale et la progression de ce vote entre 2012 et 2015 dans ces communes a été nettement plus forte qu’au plan départemental.

Les garnisons de l’armée de terre ne sont pas les seules concernées. On constate également par exemple un survote frontiste au premier tour des élections régionales à Ochey et Thuilley-aux-Groseilles, où est implantée la base aérienne 133. En moyenne, le vote FN a atteint sur ces communes et les communes rurales limitrophes 42,8% des voix contre 34,9% en moyenne sur le département de la Meurthe-et-Moselle.

[...]

Pour 2017, des intentions de vote massivement orientées vers Marine Le Pen

Dans ce contexte, on peut s’interroger sur les intentions de vote pour l’élection présidentielle des membres des forces de sécurité, qu’il s’agisse des policiers et des gendarmes comme des militaires et des gardiens de prisons. Nous avons pu identifier à partir d’un cumul des vagues quotidiennes du rolling Ifop-Fiducial, pour Paris Match, CNews et Sud Radio, un sous-échantillon de près de 200 policiers, gendarmes, militaires et gardiens de prisons. À date, 44% envisageraient de voter pour Marine Le Pen, soit une proportion impressionnante de quasiment un sur deux. La dynamique frontiste que l’on observe dans l’ensemble de la société française est donc beaucoup plus puissante parmi les membres des forces de sécurité. Davantage exposés à la délinquance, au contexte terroriste et aux effets imputés à la crise migratoire, soient autant de ressorts favorisant le vote FN, ces milieux professionnels font office de loupe grossissante en amplifiant puissamment les tendances à l’œuvre dans l’ensemble du corps social.

Cette domination du FN dans les rangs des forces de sécurité s’accompagne d’un survote pour François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan, de telle sorte que le centre de gravité idéologique de ces professions penche très massivement à droite. Le total de ces deux candidats atteint 32% contre 22% dans l’ensemble de l’électorat, quand la prime en faveur de Marine Le Pen s’établit à 18 points (44% contre 26%).

Emmanuel Macron recueillerait quant à lui 14%, ce qui prouve sa capacité à s’adresser à tous les électorats, même si ce score serait en retrait par rapport à son étiage national (24%). L’ensemble des candidats de gauche (les deux candidats trotskistes, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon) atteindraient seulement 10%, soit 18 points de moins que leur étiage national, les programmes et la vision de la société qu’ils portent ne rencontrant donc qu’un très faible écho parmi les membres des forces de sécurité.

Jérôme Fourquet
Jérôme Fourquet (4 articles)
Directeur du département Opinion et Stratégies d'entreprise de l'Ifop
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte