Santé

La très émouvante lettre d'amour d’une femme, atteinte d'un cancer, à son mari

Temps de lecture : 2 min

Alors qu'Amy Krouse Rosenthal sait qu'elle va bientôt mourir, elle décide de s’adresser aux femmes qui rencontreront son mari une fois qu’elle sera partie.

/
Nous mettons à jour cet article le 13 mars 2017, alors que nous apprenons la mort d'Amy Krouse Rosenthal.

Amy et Jason , parents de trois enfants et vivant à Chicago, s’aimaient depuis plus de 25 ans quand la terrible nouvelle est tombée. Un jour de septembre 2015, le médecin d’Amy lui explique que la douleur qu’elle ressent ne vient pas de son appendice mais d'un cancer des ovaires. Un an et demi plus tard, alors qu’elle sait qu’il ne lui reste que peu de temps à vivre, Amy, auteure de livres pour enfants dans la vie, a décidé d’écrire une lettre d’amour déchirante à son mari, publiée sur le site du New York Times.

Mais plutôt que de simplement dire à quel point son mari va lui manquer, elle s’adresse aux femmes qui le rencontreront après sa disparition en intitulant sa lettre «Vous aimeriez peut-être épouser mon mari». «Pour le futur, laissez-moi vous présenter le gentleman de cet article, Jason Brian Rosenthal. Il est facile de tomber amoureuse de lui. Ça m’est arrivé un jour.» Après avoir raconté l’histoire de leur rencontre et comment elle a su qu’elle voulait l’épouser dès leur rencontre, Amy Krouse Rosenthal détaille alors au mieux l’homme qu’elle aime mais qu’elle doit quitter. On apprend que Jason choisit ses vêtements avec attention, et que «ceux qui le connaissent, ou qui regardent l’écart entre ses pantalons et ses chaussures, savent qu’il a le flair pour trouver des chaussettes fabuleuses.»

Jason sait et aime cuisiner. «Après une longue journée, il n’y a rien de plus touchant que de le voir passer la porte de la maison, déposer un sac de courses sur le comptoir et me tenter avec des olives et du délicieux fromage tout juste achetés avant de s’atteler au dîner.» Jason aime la musique, leur fille de 19 ans adore aller à des concerts avec lui. «C’est un père absolument incroyable. Demandez à n’importe qui. Vous voyez cet homme au coin de la rue? Allez lui demander, il vous le dira. Jason est compatissant, et il peut retourner un pancake.» Amy se souvient aussi du jour de sa première échographie, quand il est venu avec des fleurs dans les bras. Ou de ces dimanches où, parce qu’il est un lève-tôt, aime lui préparer le petit-déjeuner. «S’il ressemble à prince et que notre relation a l’air d’être un conte de fées, on en est pas loin, à l’exception de toutes les choses banales survenues pendant ces deux décennies et demi de vie ensemble. Et la partie où j’ai un cancer.»

«Je veux plus de temps avec Jason, écrit-elle à la fin de sa lettre. Je veux plus de temps avec mes enfants. Je veux plus de temps pour aller boire des martinis au Green Mill Jazz Club les jeudis soirs. Mais cela ne va pas arriver. J’ai probablement quelques jours encore en tant qu’être humain sur cette planète. Alors pourquoi je fais ça? J’ai fini d’écrire ceci le jour de la Saint-Valentin, et le cadeau le plus innocent, le moins orienté que je peux espérer est que la bonne personne lise ceci, trouve Jason, et qu’une autre histoire d’amour naisse.»

Slate.fr

Newsletters

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Une étude médicale sans précédent démontre que les commotions cérébrales augmentent le risque futur d’affections neuro-dégénératives et de maladie d’Alzheimer. Dans le même temps, le jeu de rugby devient de plus en plus violent.

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

La stigmatisation des malades mentaux continue à contrarier la prise en charge de beaucoup d'individus.

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

À l'origine de ces souffrances qui empoisonnent la vie sans qu'on sache vraiment d'où elles viennent.

Newsletters