Science & santé

Vous êtes timide? Vous le resterez probablement toute votre vie (ce n’est pas grave)

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 05.03.2017 à 8 h 42

Repéré sur New York Mag

Un écrivain américain a consacré un livre à ces personnes trop conscientes des codes de communication.

Shy / Andreas Kollegger via Flickr CC License By

Shy / Andreas Kollegger via Flickr CC License By

Ressentir la timidité revient à «arriver en retard à une soirée où tout le monde a déjà bu trois bières», selon l’écrivain américain Joe Moran, qui consacre un livre aux timides. Interviewé dans le New York Mag, l’auteur explique qu’il voit ce trait de caractère comme une aptitude un peu trop développée à décoder les situations sociales, rendant paradoxalement l’intéressé décalé par rapport au groupe: «La timidité vous rend plus conscient des compromis inhérents à la communication humaine», explique-t-il, et à l’imperfection de toute interaction sociale et de tout langage. Les timides en seraient simplement plus conscients que les autres.

L’auteur éclaire également un mystère souvent soulevé à propos des gens timides: leur aisance à prendre la parole notamment en public.

«Beaucoup de personnes timides sont à la recherche de manières structurées de s’exprimer, et les conférences publiques proposent cette structure. Les attentes y sont clairement établies: si vous êtes sur scène, que vous avez un micro et que les gens sont là pour vous écouter parler, alors vous pouvez parler. C’est presque comme si on vous en avait donné la permission.»

Éviter la spontanéité

«Je suis professeur à l’université, poursuit Joe Moran, et quand j’enseigne, c’est comme si je jouais un rôle: j’incarne une version amplifiée de moi-même.» À l’inverse, les timides détestent l’ambiguïté sociale et la spontanéité, des situations qui manquent de clarté à leurs yeux sur la marche à suivre pour s’intégrer à l’interaction sociale en cours.

Quant à l’éventualité d’une évolution de sa personnalité, l’auteur met en garde: les timides célèbres comme Agatha Christie ou Charles Darwin «tendaient à être tout aussi timides à la fin de leur vie qu’au commencement. Ils avaient simplement trouvé des moyens de le contourner. J’ai donc tendance à penser que si vous êtes timide, vous le resterez probablement.» Est-ce si grave? Comme le résume l'article, Joe Moran et ses sembables retirent des qualités de leur capacité à observer les comportements humains, faute de toujours les imiter correctement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte