Économie

Mariage en vue Peugeot-Mitsubishi

Temps de lecture : 2 min

Une décennie après l'alliance Renault-Nissan en 1999, à nouveau un constructeur automobile français est sur le point de nouer une alliance stratégique avec un constructeur nippon. La conclusion d'un partenariat étroit entre PSA Peugeot Citroën et le japonais Mitsubishi Motors est imminente. Le groupe français s'apprêterait à prendre le contrôle de son homologue japonais en achetant entre 30 et 50% de son capital. L'avancée des négociations a été annoncée d'abord par le quotidien nippon «Nikkei Shimbun», et est confirmée jeudi 3 décembre dans la matinée par PSA.

Le groupe français déclare dans un communiqué examiner «les voies possibles d'un élargissement des relations pouvant aller jusqu'à un partenariat stratégique».

Selon des indiscrétions dans la presse, Mitsubishi émettrait pour 200 à 300 milliards de yens d'actions nouvelles (1,5 à 2,3 milliards d'euros) que PSA achèterait. Il deviendrait ainsi le principal actionnaire de Mitsubishi dont il prendrait de facto le contrôle et assumerait les décisions stratégiques. Pour renfofrcer le mariage, Mitsubishi pourrait aussi prendre une participation dans le capital de PSA.

Les deux groupes ont selon les analystes besoin d'un tel rapprochement car ils sont l'un comme l'autre trop petits dans un marché mondial qui est marqué par des ruptures technologiques nécessitant des investissements considérables dans les véhicules électriques et hybrides. L'alliance entre les deux groupes créerait le sixième constructeur automobile mondial, avec des ventes totalisant 4,45 millions de véhicules en 2008. PSA a vendu 3,26 millions de véhicules en 2008 et est le numéro huit mondial. Mitsubishi a vendu 1,19 millions de véhicules et se classe quinzième.

L'accord permettrait d'abord à Mitsubishi de stabiliser sa situation financière. Fin octobre, le groupe a annoncé une perte nette de 36,4 milliards de yens (280 millions d'euros) au premier semestre 2009-2010 et un chiffre d'affaires réduit de moitié sur un an.

Du côté de PSA, un lien capitalistique lui permettrait d'intensifier sa coopération avec Mitsubishi dans le domaine notamment des véhicules électriques, où son homologue nippon est en avance notamment avec son véhicule «i-Miev».

PSA et Mitsubushi avaient déjà signé en septembre un accord pour la commercialisation en Europe sous les marques Peugeot et Citroën d'une voiture électrique basée sur un modèle de Mitsubishi Motors. Ils travaillent déjà à la mise en place d'une future unité de production commune en Russie.

[Lire l'article complet sur l'AFP]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Le siège de Mitsubishi à Tokyo et des véhicules en reflet dans les miroirs de l'immeuble Yuriko Nakao / Reuters

Newsletters

Nouveaux investisseurs, nouveaux courtiers, nouvelles entreprises cotées: la bourse prend un sacré coup de jeune

Nouveaux investisseurs, nouveaux courtiers, nouvelles entreprises cotées: la bourse prend un sacré coup de jeune

Une génération d'investisseurs arrive, abordant le marché d'une autre façon, avec des outils inédits, à un moment où se multiplient les introductions en bourse de jeunes entreprises de haute technologie.

Des eaux usées au marc de café: comment l’économie circulaire réinvente notre rapport aux matières premières

Des eaux usées au marc de café: comment l’économie circulaire réinvente notre rapport aux matières premières

Un peu partout sur la planète, Veolia mène des projets pour recycler les déchets en nouvelles matières et les réinjecter dans de nouveaux produits.

Épargner pour le climat

Épargner pour le climat

Changer nos modes de vie et de consommation pour espérer améliorer l’état de la planète, c’est bien. Mais nous pouvons aussi y contribuer en choisissant des investissements et des placements plus «verts».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio