Tech & internetMonde

L'intrigant «Mr Pelouse», l'homme qui consigne toute sa vie sur internet

Repéré par Xavier Ridel, mis à jour le 02.03.2017 à 17 h 00

Repéré sur Southwest

Alek Komarnitsky diffuse notamment des vidéos de son gazon en direct, et attire ainsi chaque jour des milliers d'internautes.

Capture d'écran Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=aRlF9ol6VfQ

Capture d'écran Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=aRlF9ol6VfQ

Chacun archive en quelque sorte sa vie sur internet. Mais certainement pas au point d’Alek Komarnitsky. Ce père de famille américain, originaire du Colorado, tient effectivement un site recensant à peu près toute l’histoire de sa famille, de son opération de la cataracte au premier créneau effectué par son fils, en passant par l’enterrement de son père. L’homme va aussi jusqu'à filmer, 24 heures sur 24, sa pelouse, qu’il tond régulièrement. Une habitude qui fascine des millions d’internautes, comme nous l’apprend le magazine Southwest dans un article aussi long que passionnant.

Celui qui se fait appeler «Mr. Grass» (littéralement Mr. Pelouse), est informaticien, et n’aime donc rien tant que de partager sa vie est ses passions avec le net. Dès 1999, il met en ligne les images de ses décorations de Noël puis, aidé par les avancées technologiques, passe rapidement à la webcam.

En 2014, il décide de mettre un terme aux décorations de Noël et de se se consacrer à plein temps à une vieille passion: la pelouse. Le site watching-grass-grow.com est né. En ouvrant l’adresse, on découvre un site internet tout ce qu’il y a de plus basique, voire carrément suranné. Le générique de Rocky se lance, tout est vert, très vert, puis vient la webcam. Bien évidemment, on est en France et, décalage horaire oblige, en début de journée pour nous, il fait nuit là-bas et rien ne se passe. Mais des photos sont là pour nous montrer ce qui se déroule en journée. On y observe par exemple l’homme tondre sa pelouse avec ses fils, pour la fête des pères.

S'évader du réel?

Tout ça peut paraître totalement insignifiant, mais le journaliste de Southwest a été tellement (à juste titre) fasciné par le phénomène qu’il a décidé de rendre visite à Mr. Grass. Là-bas, dans le Colorado, il découvre un père typique des banlieues américaines : «la cinquantaine, les cheveux bruns, le polo bleu marine, déboutonné, un short khaki». Pieds nu, l’homme l’invite à entrer chez lui. Voilà ce que note le visiteur:

«Se trouver ici est aussi me semble aussi familier que désorientant

On le comprend. Après avoir regardé pendant des heures cette webcam, observé Mr. Grass tondre sa pelouse et faire coucou à ses internautes, le voir sortir ses poubelles, la rencontre a de quoi décontenancer. Et le journaliste d’ajouter, au sujet de sa fascination:

«J’essaie de philosopher avec lui. Pour celui qui regarde, selon moi, la webcam est une opportunité de s’évader de la réalité, de mettre en pause son cerveau et de se relaxer. Pour toi, lui dis-je, c’est une archive de ta vie en temps réel

L’homme finit par acquiescer et par dire qu’effectivement, «comme tout bon informaticien», il garde toutes ses données.

La passion que vouent les internautes à ce genre de vidéos (il en existe beaucoup sur la toile) n’est pas nouvelle. S’il est désormais possible de faire le tour du monde par webcam, l’une des plus virales d’entre elles date de 2013. Elle concerne le BergensBanen, un train norvégien. Une webcam a été placé sur le haut d’un wagon et retrace le trajet de 7 heures, minute par minute. Tim Prevett, un réalisateur de documentaires, compare ce genre de vidéos à la musique ambient:

«On peut se concentrer exclusivement sur elles, se perdre dans les notes et les petits détails, ou les avoir en fond. Ça autorise chaque personne à établir sa propre relation avec la vidéo

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte