Science & santéBoire & manger

Est-il possible de survivre en mangeant un seul aliment?

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 02.03.2017 à 16 h 27

Repéré sur BBC Future

La BBC a exploré les options qui s'offrent à nous en cas d'accès à une alimentation ultra limitée.

Un repas très complet | Heather Kennedy via Flickr CC License by

Un repas très complet | Heather Kennedy via Flickr CC License by

Dans notre monde actuel mondialisé, la plupart des régimes alimentaires populaires et recommandés par les nutritionnistes s'appuient sur des associations d'aliments variés et équilibrés. Bien. Maintenant, imaginons le scénario contraire poussé à l'extrême. Un monde quelque peu différent dans lequel l'accès aux denrées alimentaires serait extrêmement limité. Pourrions-nous survivre avec un seul et unique aliment –par exemple des pommes de terre, des bananes ou des pièces de bœuf–, s'interroge la BBC.

D'abord, commençons par éliminer les aliments qui ne feraient pas l'affaire: la viande et la plupart des fruits et des légumes. «Les fruits et les légumes possèdent bien des vitamines, mais ils ne comportent clairement pas assez de graisses ou de protéines, même mangées en grande quantité, écrit la BBC. La viande ne contient pas de fibres végétales, ni aucune vitamines ou nutriments clés». Vilhjalmur Stefansson, ancien explorateur dans les coins reculés de l'Arctique, en sait quelque chose.

Il a écrit sur le phénomène de «jeûne du lapin» (ou «mal de caribou») qui désigne une forme de malnutrition liée à une consommation trop importante de viande maigre, comme le lapin. Elle provoque des maux de tête, une grande fatigue, de la diarrhée, une baisse de la pression artérielle et une sensation de malaise et de faim qui ne peut être comblée que par la consommation de matières grasses.

Garder la patate

Que manger alors? La BBC met en lumière les bénéficies nutritionnels de la pomme de terre. Selon la diététicienne Jennie Jackson de l'université calédonienne de Glasgow, interrogée par la BBC, la patate «n'est pas une si mauvaise option que cela, contrairement à ce que l'on peut s'imaginer».

«Ce qui rend la pomme de terre aussi spéciale c'est que, pour un féculent, elle détient une quantité importante de protéines et une grande variété d'acides aminés.»

Si ce régime n'est pas forcément le meilleur pour votre santé, mais si vous n'avez pas le choix, la pomme de terre pourrait bien vous sauver la mise. Après tout, on dit bien que lors de la Grande famine en Irlande, dans les années 1850, la pomme de terre constituait l'essentiel du régime alimentaire de la population irlandaise, souligne la BBC.

Mais l'apport et l'équilibre nutritionnel n'est pas le seul élément qui remet en question la faisabilité d'un régime élaboré à partir d'un seul aliment. Avec le temps, les humains ont développé des mécanismes pour s'en prémunir –notamment parce que ce n'était pas bon pour la santé et que cela menait irrémédiablement à la malnutrition. Parmi eux, le concept de rassasiement sensoriel spécifique (RSS) qui fonctionne de la manière suivante: plus vous mangererez d'un aliment, moins l'estomac s'en accomodera. Jennie Jackson détaille:

«J'appelle ça le “scénario de pudding”. Vous êtes à un repas et vous avez trop mangé à tel point que vous ne pouvez rien avaler de plus. Et, soudain, quelqu'un ramène un pudding et vous trouvez la force d'ingurgiter quelques calories de plus.»

En clair, rompre votre régime alimentaire actuel pour un régime à aliment unique pourrait bien vous faire gagner du temps, écrit la BBC, mais ce serait surtout le meilleur moyen de tomber malade et de ne plus prendre aucun plaisir à manger. Et personne sur Terre ne souhaite vivre cela, n'est-ce pas?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte