Monde

À 99 ans, elle va en garde à vue… par plaisir

Temps de lecture : 2 min

Annie a réalisé l'un de ses derniers souhaits: être arrêtée et placée sous détention provisoire.

Capture d'écran d'une photo publiée sur le compte Facebook de la police néerlandaise.
Capture d'écran d'une photo publiée sur le compte Facebook de la police néerlandaise.

C’est un «privilège» dont la plupart des gens se passerait bien. Une femme néerlandaise de 99 ans a été arrêtée et placée en garde-à-vue… pour rayer une chose de plus sur sa liste de choses à faire avant sa mort, selon The Independent.

Sur des photos publiées sur le compte Facebook de la police néerlandaise, Annie apparaît menottes aux poings, derrière la vitre d’une cellule, mais souriante. C’est sa nièce qui a eu la généreuse idée de la dénoncer à la police pour un crime qu’elle n’avait pas commis afin qu’Annie puisse réaliser l’un de ses derniers souhaits. Un porte-parole du commissariat, où Annie a été détenue «pendant quelques minutes», a tenu à préciser que ce n’était pas dans les habitudes de l’établissement mais qu’ils avaient fait une «exception».


Peter Smit, le lieutenant du commissariat commente:

«Elle n’a jamais commis de crime de sa vie et elle pensait que ce serait une expérience hors du commun. Comme vous pouvez le voir sur la photo que l’on a postée, elle a trouvé ça hilarant d’être enfermée avec des menottes.»

Annie n’est pas la seule à avoir profité de son temps passé en garde à vue. Edie Simms, une femme américaine de 102 ans, l’avait précédée en septembre dernier aux États-Unis pour les mêmes raisons, comme le racontait CNN.

En savoir plus:

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters