France

Ce n'est pas le Front national qu'il faut diaboliser, ce sont ses électeurs

Laurent Sagalovitsch, mis à jour le 28.02.2017 à 10 h 59

[BLOG] Trop longtemps, on a parlé à l'électeur frontiste comme à un enfant malade dont par avance on excusait la conduite. Sans résultat. Le temps est venu de lui tendre le miroir de sa propre vilenie.

J'aimerais qu'une fois, une seule fois, un responsable politique vienne dire à l'électeur du Front national tout le dégoût qu'il lui inspire. Qu'il lui dise, les yeux dans les yeux, avec toute l'éloquence dont il est parfois capable, que non seulement il se fourvoie en votant de la sorte mais qu'il commet un crime de haute-trahison, une de ses petites lâchetés dont ses enfants et petits-enfants continueront d'avoir honte longtemps après sa disparition.

Lui asséner que voter pour un représentant de l’extrême droite, c'est participer à l'assassinat de la République, c'est d'une façon ou d'une autre contribuer à salir ce que fut la mémoire même de ce pays, c'est permettre à un clan de factieux, sans foi ni loi, d'instaurer un régime dont d'expérience, on sait comment il finira: dans le sang et dans la honte.

Trop longtemps, on a parlé à l'électeur frontiste comme à un enfant malade dont par avance on excusait la conduite: ce n'était pas vraiment de sa faute, il fallait le comprendre, sa vie partait à vau-l'eau, il était avant tout une victime égarée dans un monde devenu trop compliqué pour lui, il n'avait pas vraiment un mauvais fond, il était juste en proie à un énervement, somme toute justifié, qui l'amenait à voter, par désespoir, pour un parti en qui il ne croyait pas vraiment.

Bref, c'était un ange égaré par erreur sur le chemin de l'enfer: il suffisait d'ouvrir grand son cœur pour le ramener dans le droit chemin, le gronder sans le réprimander, le sermonner tout en le cajolant et il finirait, tôt ou tard, par réintégrer le giron de la République.

On a vu le résultat.

Il est grand temps de mettre cet angelot devant ses responsabilités, d'en revenir à des notions aussi désuètes mais aussi essentielles que celles du bien et du mal, abandonner le terrain du sentiment pour celui de la morale: appeler un chat un chat et un salopard un salopard.

Car qu'est-ce qu'un salopard, si ce n'est un individu sain d'esprit, capable de discernement, qui d'une manière délibérée, approuve et souscrit à une idéologie nourrie à la haine de l'autre, applaudit à la mise en œuvre d'une politique dont le but ultime sera de vider la France de toute présence métèque, encourage l'établissement d'un régime qui ne respectera ni les libertés fondamentales ni les institutions démocratiques?

Il faut tendre à cet électeur-là le miroir de sa propre abjection afin de l'empêcher de commettre l'irréparable, il faut arriver à pénétrer au plus profond de son esprit afin de lui donner une dernière chance de se ressaisir, il faut parvenir à ce que sa conscience s'extraie de sa boue nationaliste, de sa folie identitaire, de sa tentation totalitaire et, effrayée de sa propre folie, retrouve in extremis le chemin de la raison.

Peut-être cela ne servira-t-il à rien, peut-être est-il trop tard, peut-être que face à la pulsion suicidaire d'un peuple qui s'en va tête baissée affronter son terrible destin, il n'y a rien à entreprendre si ce n'est de confier au Temps le soin de le ramener à la raison. Peut-être bien.

Peut-être doit-il goûter au parfum de sa propre destruction, sentir l'odeur du sang versé, respirer les effluves de la putréfaction par les gouffres pour revenir à la lumière.

Auquel cas le traiter de salopard n'aura servi à rien mais au moins aura-t-il été prévenu: longtemps après le désastre, il ne pourra prétendre qu'il ne savait pas, il ne pourra pas venir plaider son innocence, il ne pourra pas s’exonérer de toute responsabilité: il aura été celui par qui le crime a été rendu possible.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale
Laurent Sagalovitsch
Laurent Sagalovitsch (60 articles)
romancier
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte