France

Une situation si extraordinaire qu'elle peut propulser un centriste à l'Elysée

Eric Dupin, mis à jour le 28.02.2017 à 8 h 39

Les précédents historiques montrent qu'un candidat centriste échoue généralement à conquérir la présidence. Mais Emmanuel Macron profite d'un contexte exceptionnel: le discrédit personnel du candidat de la droite conjugué à la faiblesse politique du candidat socialiste.

Emmanuel Macron prononce un discours à Saint-Priest-Taurion, le 25 février 2017. PASCAL LACHENAUD / AFP

Emmanuel Macron prononce un discours à Saint-Priest-Taurion, le 25 février 2017. PASCAL LACHENAUD / AFP

Emmanuel Macron est le nom d'une bulle médiatico-sondagière qui éclatera dans le feu de la campagne électorale. Le candidat «En marche», novice en politique, finira bien par trébucher. Ces anticipations d'un affaissement inéluctable du champion d'un parler «et droite et gauche», qui résiste généralement mal à l'épreuve de vérité d'une campagne présidentielle, ont pour elles les leçons de l'histoire.

Le candidat occupant la position la plus centrale dans le spectre politique part habituellement auréolé d'excellents sondages d'intentions de vote qui fondent au fur et à mesure que la bataille politique s'intensifie. C'est la mésaventure qu'ont connue Raymond Barre en 1988 et Edouard Balladur en 1995.

Un contre-exemple est cependant fourni par la campagne victorieuse de Valéry Giscard d'Estaing en 1974. Le candidat du «changement sans le risque» l'avait l'emporté grâce à la trahison de Jacques Chaban-Delmas par Jacques Chirac et ses amis, qui avait profondément divisé le camp gaulliste. Le soutien accordé à Macron par des personnalités socialistes droitières comme Gérard Collomb ou Christophe Caresche, s'il manifeste un réel trouble au sein du PS, n'a pas aujourd'hui la même portée.

Plus récemment, les candidatures présidentielles qui prétendaient chevaucher le clivage droite-gauche ont enregistré des résultats décevants après avoir eu leur heure de gloire. Jean-Pierre Chevènement, qui avait espéré réunir «les Républicains des deux rives», n'a obtenu que 5,3% des voix en 2002 après avoir culminé à 11-14% des intentions de vote.

En 2007, le centriste François Bayrou avait franchi la barre des 20% d'intentions de vote, se hissant parfois à 22-24% des suffrages potentiels, mais il n'a réalisé que 18,6% des voix le jour du scrutin. Un score tout de même honorable qui s'explique assez largement par les préventions suscitées, dans leur propre camp, par les deux principaux candidats de la droite et de la gauche, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal (ce qui nous rapproche un peu du cas présent).

Un potentiel électoral affermi

La fragilité des intentions de vote en faveur de Macron s'est longtemps lue dans la forte proportion de sondés qui le choisissaient mais déclaraient pouvoir encore changer d'avis. Il semble néanmoins que cette caractéristique, annonciatrice de futurs reculs, s'estompe.

Dans la dernière enquête Kantar-Sofres-OnePoint, 54% des électeurs de Macron se disent «sûrs de leur choix» (plus douze points par rapport à janvier), soit nettement moins que Marine Le Pen (78%) mais autant que Benoît Hamon (54%) et un peu moins que François Fillon (58%).

Le candidat «en marche» a également réussi à traverser sans dévisser ses premières polémiques électorales. Vers la mi-février, il pouvait s'être mis à dos, coup sur coup, son électorat de droite en qualifiant la colonisation de «crime contre l'humanité» et son électorat de gauche en estimant que les opposants au mariage homosexuel avaient été «humiliés».

Les intentions de vote en sa faveur ont effectivement glissé de 22 à 20% dans l'enquête en continu OpinionWay et de 19,5% à 18,5% dans celle de l'Ifop. Mais l'électorat semble y avoir moins vu des messages codés à destinations de certaines clientèles que l'expression de la franchise d'un non-professionnel de la politique.

Le ralliement de François Bayrou, porteur de la vraie croix centriste s'il en est, l'a aidé à se tirer de cette mauvaise passe pour renouer avec une dynamique ascendante qui le place désormais à 23-25% des intentions de vote selon les instituts, soit nettement au-dessus de François Fillon (20-21%).

Deux candidats entravés

La malédiction du centre pèsera peut-être moins aujourd'hui en raison d'une configuration électorale très particulière. Une candidature centriste comme celle de Macron ne peut prospérer qu'en présence de candidats de droite et de gauche structurellement affaiblis.

Or, c'est bien ce qui se passe actuellement. Les deux hommes qui portent les couleurs des deux partis qui ont dirigé le pays depuis plusieurs décennies –le Parti socialiste et les Républicains– mènent une campagne lourdement entravée malgré leur succès à leurs primaires respectives.

L'image personnelle de François Fillon a été gravement abîmée par ses affaires d'emplois fictifs. Pas moins de 64% des sondés ne l'aiment pas du tout ou peu contre seulement 17% d'appréciations positives, selon la dernière enquête Ipsos. Même Marine Le Pen est mieux notée, avec 23% de notes positives et 61% de négatives.

Et ce ne sont pas les déclarations excessives de l'ancien Premier ministre, décrivant un pays «en quasi-guerre civile», qui vont redorer son image dans l'électorat de la droite modérée. Politiquement, Fillon est en outre aux prises avec un exercice délicat de recentrage de son programme, comme il a commencé à le faire sur les questions de santé, pour tenter d'en gommer ses propositions les plus impopulaires.

Enfin, le candidat LR est contraint par la puissante menace lepéniste à regarder sur sa droite. Les accents sarkozystes de ses derniers discours de campagne, centrés autour des thématiques de la sécurité et de l'immigration, trahissent son souci de contenir la concurrence du FN. Ce faisant, Fillon laisse filer une partie de l'électorat de centre-droit vers Macron.

Le candidat socialiste est confronté à une problématique symétrique. Dans son cas, c'est la poussée de Jean-Luc Mélenchon qui contraint Hamon à regarder vers sa gauche. Le candidat de la «France insoumise» n'est qu'à deux à quatre points derrière celui du PS. Ce vif jeu de concurrence interne à la gauche permet à Macron de séduire les électeurs de centre-gauche.

Cette déperdition est d'autant plus forte que le programme de Hamon est très décentré à gauche par rapport à l'orientation et aux choix effectués par le PS tout au long de ce quinquennat. Cette contradiction reste le talon d’Achille du candidat socialiste. Elle explique que les sympathisants socialistes qui ont l'intention de voter Macron sont aussi nombreux sont que ceux qui choisissent Hamon.

Le retrait de Yannick Jadot permet au candidat socialiste de s'enlever une petite concurrence. Mais l'accord passé entre le PS et EELV, qui fait la part belle aux revendications écologistes, risque aussi d'ancrer Hamon sur une orientation de nature à inquiéter l'électorat de la gauche modérée.

Polarité centre-extrême

La faiblesse personnelle du candidat de la droite républicaine et la faiblesse politique du candidat de la gauche socialiste se conjuguent pour offrir une exceptionnelle fenêtre de tir à une candidature authentiquement centriste. Tel est bien le positionnement du libéral de gauche Macron, adoubé par Bayrou, et qui aimante désormais les personnalités modérées de divers horizons.

Un duel de second tour entre Le Pen et Macron exprimerait sans doute une certaine vérité de la période. Le clivage droite-gauche céderait la place à l'opposition ouverture-fermeture (version Macron) ou mondialistes-patriotes (version Le Pen). Qu'il s'agisse du libéralisme économique, du libre-échange, de l'Europe, de la mondialisation ou de l'immigration, l'affrontement se ferait presque terme à terme.

Encore cette nouvelle polarité centre-extrême présenterait-elle sans doute un risque non négligeable pour la démocratie. Bénéficiaire de nombreuses complicités médiatiques et d'appuis importants dans les milieux économiques, Macron pourrait facilement faire alors figure de candidat des «élites». Les sondages qui le créditent d'une large victoire contre Le Pen au second tour n'ont, au stade actuel, guère de signification. Atypique, cette présidentielle pourrait bien l'être jusqu'au bout.

Eric Dupin
Eric Dupin (207 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte