Monde / Culture

Les chefs d'Etats comme vous ne les avez jamais vus

Temps de lecture : 2 min

Mahmoud Ahmadinejad photographié par Platon, DR.
Mahmoud Ahmadinejad photographié par Platon, DR.

Le mois dernier, alors que presque tous les leaders du monde étaient réunis à New York pour un sommet de l'ONU, Platon, l'un des photographes du New Yorker célèbre pour ses portraits, a installé son matériel dans un petit studio à côté de la réunion de l'assemblée générale, y faisant entrer autant de chefs d'Etat que possible. Il les voyait entrer, et sortir de la salle: ce qui lui laissait deux chances à chaque fois d'obtenir que les leaders s'installent devant son objectif.

 

S'efforçant d'être à la fois direct et chaleureux dans ses manières, il leur tendait la main, la plupart la serrait, et il les guidait alors, littéralement par la main, vers son studio.

Dans une interview, Platon explique que le plus difficile était de préserver du naturel, de faire en sorte que ces modèles rompus aux exercices médiatiques gardent de leur candeur.


 

«Photographier Ahmadinejad est une expérience étrange. Il est très petit, il a presque un esprit enfantin, il glousse. Mais il y a cet énorme entourage près de lui, loin d'être enfantin. C'est vraiment difficile, pour le moins intimidant. Mais j'étais fasciné par l'esprit presque naïf qui éclairait son visage. Et c'est ce que j'ai essayé de saisir».

Platon raconte également comment s'est déroulée sa session avec Nicolas Sarkozy

Il était si impoli, presque agressif, cela a ébranlé mon système. Je lui ai tendu la main, il l'a regardée, a refusé de la serrer. A regardé mon studio et s'est exclamé "Qu'est-ce que c'est?! Je déteste la photo! Non, je déteste la photo!

Pendant des mois, des membres du New Yorker ont écrit des lettres à différentes ambassades et à différents gouvernements, mais le projet était surtout une improvisation de quelques jours, Platon s'échinant à attirer Mahmoud Ahmadinejad, Hugo Chávez, ou Kadhafi.

Les chefs d'Etat sont attentifs à leur image: Benjamin Netanyahou a par exemple demandé à Platon «Prenez-moi à mon avantage».

[Ecouter l'interview complète sur NPR et voir les photographies sur le New Yorker]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Mahmoud Ahmadinejad photographié par Platon, DR.

Newsletters

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

À Hanoï, le retour de la propagande de rue par haut-parleurs 

Les autorités locales prévoient d'installer des haut-parleurs partout dans la capitale du Vietnam pour des annonces quotidiennes. 

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

L'azulejo, le carré de céramique qui passionne au-delà du Portugal

Après avoir manqué de sombrer dans l'indifférence, cet artisanat importé il y a treize siècles connaît un rebond appréciable.

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

San Servolo, l'île vénitienne dont on ne ressortait pas en vie

Pendant plus de deux siècles, cette île minuscule de la lagune de Venise abrita un sordide asile d'aliénés. Malades mentaux, marginaux, vagabonds... Tous ceux que la société vénitienne considérait comme déviants devaient passer le reste de leur vie reclus dans cette prison entourée d'eau.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio