Culture / Life

Ray Bradbury: «L'homme doit coloniser Mars»

Temps de lecture : 2 min

L'homme doit coloniser Mars car c'est son destin, d'après l'écrivain américain Ray Bradbury. L'auteur de Chroniques Martiennes a fait une intervention pleine de malice lors de la Foire internationale du Livre de Guadalajara (Mexique). Invité d'honneur du salon, il s'exprimait depuis sa maison de Los Angles par visioconférence.

«Voilà 40 ans que l’homme est arrivé sur la Lune, nous aurions dû y rester pour coloniser Mars. Mars est notre destin» a-t-il déclaré, ajoutant «Une fois Mars colonisée, nous devons aller sur Alfa du Centaure».

L'écrivain est aussi revenu sur son parcours de jeune écrivain, expliquant qu'il avait écrit Farenheit 451, (roman mettant en scène des pompiers pyromanes organisant des autodafés) en neuf jours, à la bibliothèque de l'Université de Californie. Face à un public jeune, il a déclaré qu''il ne fallait pas aller à l'Université, car ce n'est pas une bonne expérience. Il a plutôt recommandé les bibliothèques, où lui même a fait son éducation, son père étant trop pauvre pour lui payer des études.

A 89 ans, Ray Bradbury prévoit d'écrire encore 29 livres.

[Lire l'article complet sur Libération.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Ray Bradbury en 1975 par Alan Light via Flickr

Newsletters

«Le Baltringue», Vincent Lagaf' à vive allure sur l'autoroute du malaise

«Le Baltringue», Vincent Lagaf' à vive allure sur l'autoroute du malaise

[Épisode 2] Entre nanar et navet, ce film construit autour de l'animateur télé a de quoi donner de l'eczéma.

Nadia Boulanger, femme de l'ombre et d'influence du milieu classique parisien

Nadia Boulanger, femme de l'ombre et d'influence du milieu classique parisien

Immense connaisseuse de la musique classique du XXe siècle, «celle qui entend tout» était une pédagogue hors du temps à qui certains des plus grands compositeurs et chefs d'orchestre doivent énormément.

«Frootch», portrait d'une reine de la lose, réussit sa saison 2

«Frootch», portrait d'une reine de la lose, réussit sa saison 2

Imaginé, incarné et réalisé par Sarah Treille Stefani, ce podcast désormais disponible en exclusivité sur Spotify n'a rien perdu de sa superbe malgré un casting beaucoup plus professionnel qui aurait pu dénaturer le projet.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio