Culture / Life

Ray Bradbury: «L'homme doit coloniser Mars»

Temps de lecture : 2 min

L'homme doit coloniser Mars car c'est son destin, d'après l'écrivain américain Ray Bradbury. L'auteur de Chroniques Martiennes a fait une intervention pleine de malice lors de la Foire internationale du Livre de Guadalajara (Mexique). Invité d'honneur du salon, il s'exprimait depuis sa maison de Los Angles par visioconférence.

«Voilà 40 ans que l’homme est arrivé sur la Lune, nous aurions dû y rester pour coloniser Mars. Mars est notre destin» a-t-il déclaré, ajoutant «Une fois Mars colonisée, nous devons aller sur Alfa du Centaure».

L'écrivain est aussi revenu sur son parcours de jeune écrivain, expliquant qu'il avait écrit Farenheit 451, (roman mettant en scène des pompiers pyromanes organisant des autodafés) en neuf jours, à la bibliothèque de l'Université de Californie. Face à un public jeune, il a déclaré qu''il ne fallait pas aller à l'Université, car ce n'est pas une bonne expérience. Il a plutôt recommandé les bibliothèques, où lui même a fait son éducation, son père étant trop pauvre pour lui payer des études.

A 89 ans, Ray Bradbury prévoit d'écrire encore 29 livres.

[Lire l'article complet sur Libération.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une: Ray Bradbury en 1975 par Alan Light via Flickr

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio