Science & santéTech & internet

Comment Instagram aide efficacement à lutter contre la #depression

Repéré par Xavier Ridel, mis à jour le 23.02.2017 à 13 h 14

Repéré sur Vocativ

Une étude montre que le hashtag est très utilisé, et le réseau social a mis en place des outils servant à aider les gens en difficulté.

Capture d'écran Instagram

Capture d'écran Instagram

D’après le World Health Organization, plus de 300 millions de personnes souffrent de dépression à travers le monde. Et bien entendu, les réseaux sociaux se font l’écho de cette maladie, Instagram en tête. Si elle permet de se mettre en scène et peut devenir ainsi un temple de l’ego, l’application permet aussi de poster des photos de manière anonyme et, parfois, de partager son mal-être avec les autres.

Une communauté utilisant le hashtag #depression s’est ainsi formée, comme l’indique un article de Vocativ, qui se fonde sur une étude américaine publiée cette année.

95.046 photos utilisant ce hashtag ont été postées en l’espace d’un mois. Les chercheurs ont choisi d’en analyser 788, et ont trouvé que la plupart des posts avaient trait à l’anxiété, aux troubles mentaux, à la scarification ou encore à l’anorexie. Sur ce dernier point, un groupe d’aides’est d’ailleurs déjà créé. Les images sont parfois très dures, et Nazanin Andalibi, l’une des instigatrice de l’étude, affirme:

«C’était un travail très compliqué, et émotionnellement difficile.»

Les chercheurs ont analysé 1.949 commentaires, sur 444 posts. Ils ont conclu que, contrairement à ce qu’on pourrait penser, la communauté d’Instagram se montre assez compréhensive et positive; comme le montre ce graphique réalisé par Vocativ:

Des mesures préventives

Le réseau social a créé un filtre spécial pour le hashtag #depression. Dès que l’utilisateur le recherche sur Instagram, il est mis en garde sur le contenu des images qu’il s’apprête à trouver:

D’autre part, l’application a aussi mis en place un dispositif permettant de signaler un utilisateur, si ce dernier paraît en danger. Un message lui est directement envoyé en lui proposant de l’aide. Cette dernière fonctionnalité n’est pour l’instant disponible qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni, mais devrait bientôt arriver en France. En septembre 2015, Jamie Lauren Keiles, une jeune Américaine, avait partagé son expérience en affirmant qu’Instagram l’avait sorti de la dépression. Elle affirmait ainsi:

«Les conversations actuelles sur la dépression sont souvent des histoires au passé, sur ce que c'est d'avoir été déprimé, mais il n'y pas beaucoup d'espace ou de tolérance pour des récits de l'expérience en temps réel. Sur Instagram, j'ai trouvé un recoin du Net où je pouvais balancer en live des images de ma vie pourrie, sans me sentir obligée de dire ce dont j'avais besoin, ou d'interpréter les choses.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte