Tech & internet / Économie

«DonaldTrumpSucks.com» et 3.642 autres noms de site internet achetés par Trump

Temps de lecture : 2 min

Parmi eux, «Donald Trump est nul» ou «Je suis poursuivi par le Donald».

Au carnaval de Nice, le 25 février 2017. VALERY HACHE / AFP
Au carnaval de Nice, le 25 février 2017. VALERY HACHE / AFP

«TrumpOrganization.com», «TrumpBuilding.org», «TrumpNetwork.com», Donald Trump a acquis au fil des années de très nombreux noms de domaine. Mais ces investissements ont tourné à la frénésie, comme le révèle la chaîne CNN, qui a remonté vingt années d’archives. Parmi un vaste catalogue de 3.643 noms, on trouve également des insultes ou des accusations contre Trump: «Donald Trump est nul», «L’organisation de Trump est à chier», «Je suis poursuivi par le Donald», «Je déteste la Vodka Trump»...

Trump a acheté d'innombrables noms de domaine liés aux activités passées, actuelles ou potentielles de l'homme d'affaires touche à tout: lits, matelas, thé, grains de café, bougies, tapis, chardonnay, steacks, tous accolés au nom de Trump. Plus troublant, lorsqu'il possédait un réseau de vente de vitamines (revendu depuis), Trump a acheté des noms de domaine comme «TrumpNetworkFraud.com» ou «TrumpNetworkPonziScheme.com» et bien d’autres, qui tous laissent entendre qu’il anticipait des accusations contre ce type de modèle, soupçonné d’être un système qui pousse au recrutement de nouveaux membres pour être rentable. Comme si Trump s’attendait à ce que ce type d’allégation soit portée contre ses affaires.

Même technique d’achat quand Trump s’est lancé en politique: des noms de domaine qui encouragent à voter contre Trump («VoteAgainstTrump.com») ou qui appellent à ce que Trump s’en aille («TrumpMustGo.com») ont également été sécurisés.

Selon CNN, la grande majorité de ces noms de domaine correspondent à des pages fantômes. 400 d’entre eux redirigent simplement vers des pages liées au groupe de Trump.

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Des employés d'Amazon refusent de vendre à l'État américain des technologies pour encadrer l'immigration

Des employés d'Amazon refusent de vendre à l'État américain des technologies pour encadrer l'immigration

Ils rappellent à Jeff Bezos le passif nazi d'IBM pour s'opposer à la politique migratoire de Trump.

Les stars autoproclamées d'Instagram rendent fous les hôtels de luxe

Les stars autoproclamées d'Instagram rendent fous les hôtels de luxe

L'ère des «influenceurs» a mis le marketing à portée de main: il n'en demeure pas moins soumis aux logiques du marché.

Vous pensez ne pas pouvoir vous passer de Facebook? En fait, c’est Facebook qui ne peut se passer de vous

Vous pensez ne pas pouvoir vous passer de Facebook? En fait, c’est Facebook qui ne peut se passer de vous

J’ai délaissé Facebook dix jours. Dix jours durant lesquels le réseau social a eu très peur que je l’oublie.

Newsletters