France / Monde

Slate lance sa newsletter sur la crise de la démocratie

Temps de lecture : 2 min

Tous les jeudis matin dans votre boîte mail, «Le jour d'après», une sélection d'analyses et de lectures sur la crise actuelle des démocraties occidentales.

«Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien...» Aux États-Unis, Donald Trump est devenu, le 20 janvier, le 45e président de l'histoire du pays, et ses premières semaines à la Maison-Blanche ont suscité une résistance et une contestation très vives. Au Royaume-Uni, 52% de la population a voté pour une sortie du pays de l'Union européenne en juin dernier, scrutin qui a lancé un débat enflammé sur les orientations diplomatiques et économiques de l'île. En France, Marine Le Pen est très bien positionnée pour accéder au second tour de l'élection présidentielle, face à un adversaire dont l'identité est encore incertaine, tandis que François Fillon, qui fit longtemps figure de grand favori pour l'Élysée, vient de voir dans les poursuites judiciaires dont il est l'objet un «assassinat politique» de l'élection présidentielle.

Cette crise multiforme de la démocratie libérale est alimentée par des inégalités économiques persistantes, la montée en puissance de nouveaux clivages, l'usure de systèmes politiques anciens, des changements générationnels... Elle ne se réduit évidemment pas aux trois pays susnommés, mais se déploie aussi dans les pays latins (l'émergence de mouvements comme Syriza, Podemos, le Mouvement 5-Étoiles en Italie...), dans les pays d'Europe centrale et de l'Est (du rêve «illibéral» de Viktor Orban au raidissement du régime polonais, en passant par la contestation actuelle en Roumanie et, bien évidemment, le régime très autoritaire de Vladimir Poutine en Russie) et ailleurs dans le monde, du Brésil à l'Inde. Elle a un impact culturel très profond, donnant lieu à l'émergence de nouveaux canaux de contestation des élites et à un malaise profond au sein des médias, mais redonnant aussi une nouvelle vigueur à des auteurs ou penseurs célèbres du passé, de George Orwell à Sinclair Lewis, de Nietzsche à Roland Barthes.

Pour appréhender cette crise en faisant un pas de côté par rapport au flux de l'actualité, nous vous proposerons désormais une newsletter hebdomadaire intitulée «Le jour d'après». Tous les jeudis matin, vous pourrez retrouver dans votre boîte mail des analyses des bouleversements en cours, une sélection des principaux articles parus sur cette thématique dans la semaine sur Slate, mais aussi dans la presse française et internationale, des conseils de lecture ou des plongées dans les archives...

N'oubliez pas que vous pouvez aussi vous abonner à la newsletter de Titiou Lecoq, dans votre boîte mail tous les vendredi matin.

Jean-Marie Pottier Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).

Newsletters

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

Newsletters