Monde

Pourquoi Donald Trump a-t-il inventé un attentat terroriste en Suède?

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 19.02.2017 à 18 h 34

Repéré sur The New York Times

Donald Trump a laissé entendre qu'un attentat aurait eu lieu en Suède samedi 18 février. Il n'en est rien, et ce mensonge lui a permis de remettre sur le devant de la scène les questions d'immigration en Europe.

Donald Trump lors de son discours en Floride, le 18 février 2017.

Donald Trump lors de son discours en Floride, le 18 février 2017.

En ce dimanche 19 février 2017, les Suédois sont sous le choc. La veille, Donald Trump a donné un discours en forme de meeting en Floride, lors duquel il a alerté ses compatriotes des dangers de l’immigration et de l’accueil de réfugiés, prenant leur pays comme illustration:

«Regardez ce qui s’est passé en Allemagne. Regardez ce qui s’est passé la nuit dernière en Suède. La Suède, qui aurait pu le croire? La Suède?»

Le problème est que Donald Trump a alors énuméré des pays et des villes qui ont connu un attentat sur leur sol récemment: Allemagne, Bruxelles, Nice, Paris. Or, la Suède n’en a pas connu, en tout cas pas le samedi 18 février 2017.

Plusieurs hypothèses ont depuis été émises pour deviner à quoi Trump pouvait faire allusion. Tout cela s’est évidemment traduit sur Internet par l’inévitable avalanche de blagues et de mèmes avec force références aux fournitures Ikea.

Mais l'essentiel est peut-être ailleurs, dans l'imprécision même de l'évocation. Grand consommateur de télévision, le président américain aurait pu être influencé par une interview diffusée récemment sur la chaîne Fox News, lors de laquelle le réalisateur Ami Horowitz expliquait que la criminalité avait progressé depuis l'accueil de nombreux réfugiés en Suède. Selon le politologue Henrik Selin, interrogé par le New York Times, «de toute évidence, cela pourrait être lié au fait qu'il y a eu beaucoup d'informations négatives sur la Suède depuis qu'elle a acceuilli de nombreux réfugiés.» Depuis ces vagues d'immigration, les exagérations et les distorsions sont fréquentes, analyse le chercheur, avec par exemple des reportages sur le fait que la Charia serait appliquée dans certains quartiers devenus des «no go zone».

Le réalisateur interrogé par Fox News est également revenu sur le fait que la police suédoise avait du admettre avoir caché une série d'agressions sexuelles lors d'un festival populaire de musique lors de précédentes éditions en 2014 et 2015, impliquant des étrangers. La manière plus que désinvolte avec laquelle Trump et son équipe traitent les faits et l'actualité entre ainsi en résonance avec les récits impressionnistes que développe toute une nébuleuse de sites d'opinions liés à l'alt-right, et dans lesquels domine la sourde impression de danger diffus qui fait le succès de tant de campagnes politiques à l'heure actuelle. Selon une chronique du quotidien suédois Dagens Nyheter, cité par le New York Times, «il y a parmi les supporteurs de Trump ce mythe commun selon lequel la Suède se trouve dans un état de chaos depuis qu'elle a accueilli des réfugiés en provenance du Moyen-Orient. Ces nouvelles incorrectes, fabriquées et gravement trompeuses se sont répandues par le biais des sites de droite comme Breitbart, Human Events, Drudge Report et Fox News», ainsi que sur des programmes de radio suivis quotidiennement par des millions d'auditeurs. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte