Monde

La suspecte du meurtre de Kim Jong-nam pensait que l'assassinat était une farce pour la télé

Temps de lecture : 2 min

Selon la police indonésienne, les commanditaires du meurtre auraient fait croire à la jeune-fille qu'elle participait à une émission de caméra cachée.

Kim Jong-nam, le demi-frère de Kim Jong-un, à l'aéroport de Pékin en février 2007. JIJI PRESS/AFP.
Kim Jong-nam, le demi-frère de Kim Jong-un, à l'aéroport de Pékin en février 2007. JIJI PRESS/AFP.

L'assassinat du demi-frère du dictateur Kim Jung-un, mort à Kuala Lumpur après avoir été aspergé au visage par deux femmes, dont une qui portait un t-shirt LOL, est déjà particulièrement étrange. Mais de nouveaux détails rendent le cas encore plus bizarre. En effet, selon la police indonésienne, une des deux suspectes du meurtre ne savait pas qu'elle allait tuer un demi-frère de dictateur dans un aéroport: les gens qui l'ont embauchée lui avaient apparemment dit qu'il s'agissait juste d'une farce pour une émission télévisée.

Le chef de la police indonésienne a en effet expliqué qu'une des suspectes, Siti Aisyah, qui est indonésienne, gagnait sa vie en travaillant pour des émissions de caméra cachée. Pour l'un de ces shows, elle devait convaincre des hommes de fermer les yeux et leur aspergeait ensuite de l'eau dans la figure.

«Une telle action était répétée trois ou quatre fois, et on leur donnait quelques dollars pour ça, et avec la dernière cible, Kim Jong-nam, il y avait apparemment des produits dangereux dans le vaporisateur. Elle ne savait pas qu'il s'agissait d'une tentative d'assassinat par des agents étrangers», a expliqué le chef de la police, selon l'Associated Press.

L'autre suspecte jusqu'ici détenue dans cette affaire est une jeune Vietnamienne dont le t-shirt LOL, étant donné les circonstances, est déjà devenu célèbre. Une version du t-shirt est même désormais disponible à la vente en ligne.

Le demi-frère de Kim Jong-un, qui vivait en exil et était critique du régime nord-coréen, était depuis longtemps considéré comme une cible potentielle et il voyageait avec de faux papiers. En 2012, Kim Jong-nam avait envoyé une lettre à son demi-frère, le suppliant de l'épargner. Le dictateur Kim Jong-il avait eu ce fils avec sa première femme, et pendant les années 1990, Kim Jong-nam a fait partie du gouvernement de son père. Certains pensaient même qu'il lui succèderait.

Etrangement, sa carrière politique a pris fin en 2001 lorsqu'il a été arrêté avec un faux passeport alors qu'il tentait de se rendre à Disneyland Tokyo avec sa famille.

Slate.fr

Newsletters

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Robert Foster et Bill Waller, candidats au poste de gouverneur du Mississippi, ne veulent pas se retrouver seuls avec une journaliste, notamment sous prétexte de respect de leur foi chrétienne.

Sans elle, Istanbul serait peut-être toujours aux mains d'Erdoğan

Sans elle, Istanbul serait peut-être toujours aux mains d'Erdoğan

Canan Kaftancıoğlu, 47 ans, comparaît ce 18 juillet pour avoir critiqué le président turc sur les réseaux sociaux. Elle pourrait écoper d'une peine de dix-sept ans d'emprisonnement.

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

Des amendes pour les mauvais·es élèves et des heures à respecter, la métropole chinoise met les bouchées doubles en matière de recyclage.

Newsletters