Tech & internet

Accusée d’antisémitisme, la plus grande star de YouTube perd son contrat avec Disney

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 14.02.2017 à 14 h 23

Repéré sur The Verge, TechCrunch

Certaines vidéos de PewDiePie n'ont pas fait rire

PewDiePie, le 29 octobre 2015, à New York | John Lamparski / AFP

PewDiePie, le 29 octobre 2015, à New York | John Lamparski / AFP

PewDiePie est le YouTubeur le plus populaire du monde. Avec plus de 53 millions d'abonnés, chacune de ses vidéos fait un carton. Alors forcément, cela attire pas mal d'entreprises qui aimeraient bien travailler avec lui. Parmi elles, on trouve notamment Disney.

Mais l'entreprise américaine n'a visiblement pas apprécié d'être associée à un homme qui dans l'une de ses vidéos payait deux personnes pour tenir un panneau sur lequel on peut lire «Mort aux Juifs». Disney a décidé de couper tout lien avec la star la mieux payée de YouTube, «après avoir découvert que plusieurs vidéos qu'il a publiées au cours de ces derniers mois contenaient des références à l'imagerie nazie et antisémite», explique la BBC.

Cette décision survient après que le Wall Street Journal a contacté Disney pour parler de l'existence de neuf vidéos (depuis le mois d'août) contenant de telles images. Des vidéos qui contiennent des svastikas, des saluts nazis, ou encore des photos d'Hitler. The Verge continue:

«Rien que sur le mois dernier, la star de YouTube a montré la vidéo d'un homme habillé en Jésus-Christ disant que “Hitler n'a rien fait de mal du tout”, et payé deux Indiens pour tenir un panneau sur lequel on peut lire “Mort aux Juifs”, [...] mais Kjellberg assure que rien de tout ceci n'est à prendre au sérieux.»

Pour Disney, le YouTubeur connu pour ses provocations est allé «trop loin». Sur son Tumblr, Felix Kjellberg (le vrai nom de PewDiePie) s'est défendu de toutes ces accusations, en indiquant que ces vidéos servaient à montrer «la folie du monde» et que «les gens étaient prêts à dire tout et n'importe quoi pour cinq dollars». Une sorte d'expérience sociale.

«Je pense qu'il est important de dire quelque chose et que ce soit clair: je ne soutiens nullement ces comportements haineux. Je fais des vidéos pour mon public. Je pense que le contenu que je crée est du divertissement, et pas un lien pour des commentaires politiques sérieux. [...] Bien que ce ne fût pas mon intention, je comprends que ces blagues puissent être blessantes.»

Mais, comme l'explique TechCrunch, si Kjellberg assure que ses vidéos sont «apolitiques, son immense audience lui confère un certain devoir de responsabilité sur ses contenus et messages. C'est particulièrement vrai quand on pense au nombre important d'enfants et de jeunes qui regardent YouTube et sa chaîne et qui manquent potentiellement de contexte historique et de compréhension que Kjellberg leur prête».

PewDiePie n'est pas totalement étranger à la polémique et aux blagues mal comprises. En 2016, rappelle la BBC, son compte Twitter avait été temporairement suspendu après une allégeance fictive à l'État islamique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte