Tech & internet

Certains internautes aiment envoyer des photos d’eux nus à des chatbots

Temps de lecture : 2 min

Une étude révèle que 2,5 % des utilisateurs des chatbots, ces logiciels de discussions automatiques, envoient des selfies où ils sont nus.

Joaquin Phoenix dans le film "Her" |  License by

Les «bots» ont envahi le monde depuis un moment. Certains sont en passe de devenir nos meilleurs amis. D'autres, si l’on en croit un article de The Verge, nos amants.

Ce lundi, le site d’information américain a publié les conclusions –surprenantes– d’une étude réalisée par Dashbot pour la Saint-Valentin. L’étude portait sur les habitudes des utilisateurs de «chatbots», ces logiciels de discussions automatiques popularisés, entre autres, par le film Her. Pas moins de 200 millions de messages, via 1.200 logiciels, ont été analysés. Conclusion: 2,5 % des utilisateurs de chatbots envoient des selfies NSFW («no safe for work»)

Difficile de savoir où réside l’intérêt de l’envoi de ces images de nudité à un bot, mais il est intéressant de savoir que si ce pourcentage est assez faible, la moyenne de photos envoyées par les concernés est de 5. Et que ce nombre peut aller jusqu’à 100.

Un représentant de Dashbot s’est exprimé sur le sujet, pour The Verge:

«Il s’avère que les hommes comme les femmes envoient des photos aux bots, dont des selfies d'eux nus; cependant, sur ce point, il s’agit principalement d’hommes – environ 90% des selfies NSFW sont envoyés par des utilisateurs de sexe masculin.»

D’après le site d’analyse Dashbot, 63% des utilisateurs de bots seraient des hommes, contre 28% de femmes (les 9% restants ne se sont pas identifiés). Les hommes parleraient également aux bots plus souvent que les femmes (environ 50% de temps supplémentaire par session); mais ces dernières restent plus longtemps sur la conversation.

Début 2015, des développeurs avaient déjà flairé le filon en lançant l'application Sext Machine. Elle demandait aux utilisateurs d’envoyer des photos de parties de leur corps, que le robot notait ensuite en donnant son pourcentage d’excitation. L’appli avait été testée par Bustle, dont la journaliste affirmait:

«Recevoir un message me donnant le pourcentage d’excitation ressentie par le robot avait quelque chose d’assez sexy. C’était étrange, mais je me suis sentie un peu fébrile au moment de recevoir les messages.»

Slate.fr

Newsletters

Souriez, Facebook regarde votre famille

Souriez, Facebook regarde votre famille

Le réseau social veux scanner vos profils pour mieux connaître votre foyer.

Va-t-il falloir économiser les données comme l’énergie?

Va-t-il falloir économiser les données comme l’énergie?

La quantité de données produite à l’ère du numérique croit de façon exponentielle. L’humanité produit ainsi en deux jours autant de données qu’au cours des deux derniers millions d’années. Les études révèlent des chiffres astronomiques: en 2020, l...

Les vidéos virales de recettes accentuent le phénomène de simplification de la cuisine

Les vidéos virales de recettes accentuent le phénomène de simplification de la cuisine

Les produits utilisés dans ces séquences, inoffensives en apparence, sont très souvent trop gras, sucrés et salés.

Newsletters