Monde

Une Lamborghini de moins pour la police italienne

Temps de lecture : 2 min

La police italienne vient de perdre une de ses deux Lamborghini Gallardo, une voiture qui coûte plus de 140.000 euros et peut atteindre 100 km/h en quatre secondes. Les voitures avaient été gracieusement offertes par la marque pour aider à régler le problème de la sécurité routière dans le pays, où 1 million d'automobilistes sont blessés chaque année et 4.731 sont morts l'année dernière.

«Quand la police italienne a dévoilé ses voitures de patrouille Lamborghini, ils n'ont pas dû être à court de volontaires pour prendre le volant des bolides et partir à la poursuite de criminels à grande vitesse, écrit le Guardian. Une équipe de pilotes d'élite a été entraînée pour chasser les automobilistes en excès de vitesse et transporter des organes en urgence [...] Mais ils n'avaient apparemment pas prévu qu'un automobiliste distrait sorte d'une station essence sans regarder.»

Le bolide est allé s'encastrer sur une rangée de voitures garées, et l'avant de la voiture a été complètement détruit. Les deux officiers de police qui étaient dans le véhicule étaient en train de rentrer d'une convention à Cremona, où ils ont fait un exposé à des étudiants sur la sécurité routière.

[Lire l'article complet sur guardian.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: La Lamborghini "Gallardo LP560-4 Polizia", REUTERS/Ho New

Newsletters

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

Votée par la Chambre des représentants, la loi destinée à préserver la santé des femmes dans l'intégralité du pays ressemble à un baroud d'honneur, tant les impasses sont nombreuses.

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Pour Alger, la demande de pardon du chef de l'État relève du débat franco-français. Mais ses répercussions à moyen terme pourraient être néfastes.

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

La musique a également été interdite dans leurs salons par le régime des talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio