Double XCulture

2016 fut une bonne année musicale pour Beyoncé, Rihanna, Adele (et surtout les hommes en général)

Repéré par Boris Bastide, mis à jour le 12.02.2017 à 11 h 24

Repéré sur Vulture

Les femmes sont très largement sous-représentées dans le top 40 américain.

Christopher Polk / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Christopher Polk / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Ce dimanche 12 février se tiendra la cérémonie des Grammys, l'équivalent des Victoires de la musique américaine. Le site Vulture en fait l'annonce expliquant qu'après le sacre de Taylor Swift l'an passé, le palmarès devrait faire la part belle aux femmes, Beyoncé, Rihanna et Adele en tête. Toutefois, attention à l'arbre qui cache la forêt. Car les statistiques du Top 40 sont formelles, elles sont l'exception plus que la règle.

Sur les 206 chansons qui ont intégré ce prestigieux classement américain, seulement 22,3% étaient interprétées par des femmes. Si on y ajoute, les morceaux associant voix féminines et masculines, le chiffre ne monte qu'à 37,8%. Et ces résultats n'ont rien d'exceptionnels. L'an passé, ils étaient respectivement de 25,8% et 37%. En 2011, une équipe de chercheurs canadiens avait déjà constaté qu'entre 1997 et 2007, les hommes concentraient 54% des tubes, mais surtout que ce chiffre était à partir de 2004 en très forte augmentation.

Des chiffres catastrophiques

Pour Vulture, l'explication de cette chute vertigineuse est à chercher du côté de la modification des données prises en compte pour évaluer un hit. L'ajout des streams musicaux puis vidéos joueraient contre le succès des femmes, celles s'en sortant le mieux étant inévitablement raccrochées à une culture de la célébrité liée aux tabloïds. Or, celle-ci met une pression supplémentaire sur ces artistes, détournant surtout l'attention de leur travail. Les autres femmes sont priées de circuler.

Car une autre variable tient à l'extrême masculinisation de toute la chaîne de production. En 2016, les femmes n'ont représenté que 10,8% des compositeurs de tubes entrés au Top 40. À titre d'exemple, indique Vulture, les hits de l'album Starboy de Weeknd ont été composés avec l'aide de 51 contributeurs. Des hommes. D'ailleurs, sur les 206 tubes, seuls deux n'ont été écrits que par des femmes. Un chiffre à rapprocher du nombre de producteurs femmes de ces morceaux: 23 sur 463. Moins de 5%. C'est bien simple, jamais une femme ne l'a emporté dans cette catégorie dans toute l'histoire des grammys. Il y a un an, sur Slate, la journaliste Ondine Benetier dénonçait le sexisme branché de l'industrie musicale. Aujourd'hui, bien peu semble fait pour que les choses changent.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte