Santé

Il est temps de planifier vos prochaines relations sexuelles

Temps de lecture : 2 min

Voici sur la durée le secret des couples satisfaits.

Calendrier | Dafne Cholet via Flickr CC License by
Calendrier | Dafne Cholet via Flickr CC License by

Au cinéma, quand nos deux héros s'en vont faire l'amour, c'est généralement dans une étreinte passionnée comme débordés par l'intensité de leur désir. Ça peut aussi être doux dans la découverte spontanée de leur sensualité. Voilà pour la fiction. Et ensuite, il y a la vie, ce drôle d'espace-temps où l'alchimie, l'érection comme les antibiotiques n'ont rien d'automatiques, ou la routine la dispute parfois à la panne de désir au point que certains couples peinent à trouver le temps ou l'envie de s'y remettre.

Pourtant, nous le rappelle le site The Independent, une activité sexuelle régulière est un bon signe qu'un couple marche. Sans compter les effets bénéfiques sur la santé mentale et physique de chacun. Alors pour aider ceux qui auraient un peu perdu l'objectif du viseur, le média britannique a un conseil: Pla-ni-fier.

«Arrêtez de dire “bon, on s'y remet demain, en attendant ce soir, câlinons-nous comme le symbole de cet amour bien vivant que l'on a l'un pour l'autre” et commencez à l'inscrire au calendrier. C'est la seule façon de s'y remettre», confie le conseiller conjugal Ian Kerner.

D'après une étude publiée en 2016 dans le journal Social Psychological and Personality Science, faire l'amour une fois par semaine suffit au bonheur du couple. Vous pouvez le faire davantage bien sûr, mais ça ne vous apportera pas davantage de joie au final.

Et la spontanéité dans tout ça? Le site Womensday.com, qui dressait en 2011 sa liste des secrets des couples satisfaits sexuellement, en faisait son tout premier point, recommandant de faire du calendrier une forme de préliminaire dans laquelle chacun pourrait suggérer des envies à l'autre. Plus qu'une contrainte supplémentaire, le tout est d'arriver à en faire petit à petit un jeu.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Le scandale de l'amiante est une bombe à retardement

Responsable d'un cancer de la plèvre, l'amiante est interdite en France depuis 1997. Deux décennies plus tard, 1.100 nouveaux cas de la maladie surviennent encore chaque année.

Newsletters