Science & santé

Certains activistes féministes et transgenres sapent-ils la science?

Repéré par Boris Bastide, mis à jour le 12.02.2017 à 8 h 19

Repéré sur L.A. Times

Il faut davantage prendre au sérieux la biologie.

À la marche Trans de Berlin en 2014 | Franziska Numeister via Flickr CC License by

À la marche Trans de Berlin en 2014 | Franziska Numeister via Flickr CC License by

Quand on défend une cause, aussi noble soit-elle, on prend parfois le risque d'occulter certaines réalités pour, croit-on, mieux défendre ses arguments. Debra W. Soh, neuroscientifique specialiste des questions sexuelles à l'université de York à Toronto, revient ainsi dans un article du LA Times sur les rapports parfois complexes qui lient la science à certains féministes  et aux mouvements transgenres.

Pour ces deux groupes qui ont su imposer leur voix dans le débat public, les problématiques ne sont pas les mêmes. Selon certaines féministes qui ont une vision maximaliste des études de genre, explique le LA Times, les différences entre les hommes et les femmes sont moins une des conséquences de l'évolution chère à Darwin que de pratiques de socialisation imposées dès la naissance. En 2015, on avait notamment tiré d'une étude scientifique la conclusion qu'il était pratiquement impossible de distinguer le cerveau d'un homme de celui d'une femme. Sauf que quand un groupe de chercheur s'est de nouveau penché sur les données, ils ont réalisé qu'une identification était en réalité possible avec un taux de réussite oscillant entre 69 et 77%. En utilisant une base plus large et des techniques plus modernes, des scientifiques ont réussi en 2016 à identifier à quel genre appartenait un cerveau dans 93% des cas.

Bien suivre les dernières études

Surtout, même si les cerveaux des hommes et des femmes avaient une structure proche, ça ne voudrait pas dire qu'ils fonctionnent de la même manière, rappelle Debra W. Soh. On sait, par exemple, que les premiers s'en tirent mieux avec la représentation mentale d'objets en 3D alors que ces dernières ont certaines facilités liées au langage. Il a été démontré, par ailleurs, que la testostérone jouait un rôle dans le développement du cerveau des garçons avant même la naissance.

Chez les transgenres, la remise en cause de la science est moins frontale, indique le LA Times, car pour eux, l'identité a à voir avec le biologique. Toutefois, le point de controverse le plus poussé concerne les enfants. Si certains mouvements prônent des transitions dès le plus jeune âge, le sexe auquel une personne s'identifie peut encore beaucoup fluctuer avant la puberté. Debra W. Soh cite notamment une étude de 2011 dans laquelle sur 25 enfants pour lequel on avait diagnostiqué un trouble de l'identité de genre, 11 étaient ensuite revenus à la normale, deux regrettant d'avoir engagé des transitions. Pour la neuroscientifique, rien ne sert de lutter contre la biologie. Le combat pour une meilleure prise en compte des identités doit aussi passer par la science.

  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte