France

Et soudain apparut l'autre François Fillon

Fanny Saliou , mis à jour le 11.02.2017 à 9 h 02

Embourbé dans le «penelopegate», François Fillon se débat pour tenter de rester le candidat de la droite pour l’élection présidentielle. Alors que l’enquête se poursuit, et au-delà de son innocence présumée, les sommes évoquées dans l’affaire ont mis en lumière un autre François Fillon. Le châtelain de la Sarthe aux costumes sur mesure.

À Troyes, le 7 février 2017 I François NASCIMBENI / AFP

À Troyes, le 7 février 2017 I François NASCIMBENI / AFP

La phrase assassine est venue du centre. Le 8 février, François Bayrou, en pleine promotion de sa possible candidature à la présidentielle, déclarait sur France 2: «Jamais dans l'histoire de la République un candidat aux plus hautes fonctions, à la présidence de la République, n'a été ainsi sous l'influence des puissances d'argent.» L'attaque ne visait pas Emmanuel Macron, ancien de la finance à qui ses détracteurs demandent régulièrement de rendre publique la liste des donateurs de son mouvement En marche!, mais François Fillon, longtemps connu pour être la figure austère et discrète du camp Les Républicains. Une sorte d'anti-Sarkozy, anti-bling-bling.

Les électeurs de la primaire de la droite et du centre l’ont en partie élu pour cela. Fini le Fouquet’s, le yacht de l’ami milliardaire, la rolex. Assez du rapport décomplexé à l’argent. En ces temps de crise économique et sociale, il fallait un homme sérieux, droit et intègre, prêt à exiger des Français un programme réellement libéral et conservateur. La primaire a fixé un cap clair en ce sens. Oui mais voilà. Les révélations du Canard enchaîné ensuite nourries ensuite par d'autres, dont «Envoyé spécial» et Mediapart, ont malmené cette image. Et c'est toute la narration politique qu'avait réussi à imposer le candidat Les Républicains qui prend l'eau.

Des sommes choquantes

À l'image du Fillon honnête, qui en près de trente ans de vie politique «n'a jamais enfreint la loi» se substitue peu à peu une toute autre, moins reluisante. Celle d'un homme politique qui a profité de la mission qui lui était confiée par les électeurs pour rémunérer ses proches et développer une activité de conseil lucrative auprès d'entrepreneurs amis, comme Henri de Castrie d'Axa –contrat à 200.000 euros–, sur fond de soupçons de trafic d'influence ou de conflits d'intérêts.

L'argent, le nerf de la guerre? Les montants, en tout cas, ont de quoi impressionner bien des Français pour qui 700.000 euros, c'est ce que la moitié d'une génération va gagner en une vie de travail. Penelope Fillon aurait touché en tout, en tant qu’assistante parlementaire de son mari, 831.440 euros brut sur quinze ans, sans que l’on parvienne clairement à prouver aujourd'hui la réalité du travail effectué. Elle aurait également été rémunérée 100.000 euros pour une collaboration à la Revue des deux mondes, dont le propriétaire est un ami de la famille.

Marie et Charles Fillon, deux des enfants du couple, auraient, eux, perçu respectivement 57.084 euros et 26.651 euros pour des postes d’assistants parlementaires au sénat. En parallèle de la fonction octroyée par son père, Marie Fillon suivait une formation à l'Ecole de formation du barreau (EFB) et un stage d'avocate payé 11.035 euros brut par an, précise le Canard enchaîné.

Retour vers le passé

Le problème pour François Fillon, c'est que cette nouvelle image entache peu à peu tout le reste, faisant remonter à la surface d'anciennes affaires qui viennent lui donner du crédit. Ainsi, le Canard enchaîné intitulait-il dans son édition du 8 février un de ses articles «Le placard aux casseroles». L'hebdomadaire y rappelait qu'en 2007, François Fillon avait annexé deux salons de réception et un bureau à ses appartements et qu'en tant que Premier ministre, il n'hésitait pas à utiliser les moyens de transports qui lui étaient mis à disposition par l'État à titre privé: un Falcon 7X, par exemple, le ramenait chaque vendredi lui et sa famille jusqu'à Angers, précise le Canard enchaîné. Officiellement pour des mesures de sécurité.

Fin novembre, après la primaire de la droite et du centre, l'hebdomadaire révèle que la société de Fillon lui rapporte 17.600 euros par mois et qu'il possède des montres de luxe. Le 28 décembre 2016, le Canard enchaîné raconte comment le candidat Les Républicains se fait prêter une Ferrari à 230.000 euros et une BMW à 600.000 euros par des amis milliardaires, alors que lui ne possède à son patrimoine que deux voitures vieilles d'au moins quinze ans. Lui-même a déjà passé des vacances sur l'île de Capri en Italie invité par Luca di Montezemolo, l'ancien patron de Ferrari. Au programme : détente à la Villa Caprile, sorties en mer à bord du Marhaba, le yacht de 32,70 mètres et balades en hélicoptère.

Un long portrait publié ce jeudi 9 février par L'Obs et intitulé «Fillon, le janséniste sarthois qui aimait le luxe» détaille également le train de vie du couple: les costumes Arnys sur mesure payés entre 7.000 et 8.000 euros, tel celui qu'il portait pour l’un des débats de la primaire de la droite et du centre, comme le faisait alors remarquer «Le Quotidien», les notes de frais de déplacements «exorbitantes» payées par le parti en 2006 et 2007 et révélées par le scandale de l'affaire Bygmalion…

«On savait tous qu'il avait un petit penchant pour le luxe. Il n'y avait qu'à regarder sa façon de s'habiller: il n'avait que des belles sapes», témoigne un politique de manière anonyme.

François Fillon déclare posséder également deux montres d'une valeur de 12.000 et 15.000 euros.

La vie de château

En 2013 déjà, la publication dans Paris Match d'un reportage dans lequel François Fillon posait avec sa famille devant le manoir de Solesmes dans la Sarthe, acquis pour près de 400.000 euros en 1993, avait fait couler beaucoup d'encre. «Une maison», disait-il alors sur France 2 en pleine affaire Cahuzac, rappelle L'Obs. Selon un article du Canard enchaîné publié en janvier 2016, il s’agirait plutôt d’un château, comprenant «hall d'entrée, salle à manger avec cheminée, cuisine, arrière-cuisine, office, bureau, lingerie, buanderie, grand salon, lampisterie, bibliothèque, petite chapelle en bout. Quatorze chambres et quelques salles de bain situées dans les étages». Le tout dans un parc de plus de six hectares. 

Dans un éditorial publié par Le Plus du Nouvel Obs en 2013, Bruno Roger-Petit observait déjà:

«La photo de famille, devant le château familial, évoque ces châtelains de Germinal, qui se gobergent en famille tandis que les mineurs se tuent au travail pour leur bonne fortune. Les vêtements, les attitudes, les poses, les polos Lacoste, les mocassins d'été, les bermudas chics, la petite table pour le thé servi dehors... Tout trahit l'habitus du bourgeois français tel qu'il s'est forgé au tournant du XIXe et du XXe siècle.»

Puis l'image ne lui était pas restée collée aux basques malgré les moqueries de Twitter déjà à l'époque.

L'impunité d'une caste

La sociologue, Monique Pinçon-Charlot, qui travaille avec son mari depuis des années sur les classes dirigeantes et leur rapport à l’argent, nous avoue ainsi avoir été particulièrement surprise par ces révélations:

«Cet homme nous paraissait à part. Nous avions presque une pensée compassionnelle pour lui, qui a dû supporter pendant cinq ans Nicolas Sarkozy et son rapport décomplexé à l’argent. Au contraire, François Fillon est toujours resté discret sur son niveau de vie, peut-être pour des raisons liées à sa religion.»

Méthode coué? Intime conviction? Aveuglement? Au milieu des petits arrangements avec la vérité, François Fillon s'excuse du bout des lèvres et s'accroche à son récit de la probité en jouant la carte de la transparence. Il n'a fait que suivre les mœurs politiques de son temps, se défend-il. Fillon publie sa déclaration de patrimoine en ligne et incite en vain ses adversaires à en faire autant. Pour lui, il n'y a pas de doute, les médias et le pouvoir ont voulu l’assassiner politiquement. Il joue le complot politique

Selon Monique Pinçon-Charlot, il ne voit sans doute pas bien où est le problème:

«Il existe chez François Fillon un sentiment d’impunité sincère car ce n’est pas l’impunité d’un homme mais celle de toute une classe. Ce sentiment se construit dans l’entre-soi des puissants, qui vivent dans une bulle.»

En attendant que le parquet national financier statue sur son enquête, malgré la pression des avocats du candidat Les Républicains pour qu'il se désaisisse, la bataille des deux Fillon est lancée pour savoir lequel auront en tête les électeurs le dimanche 23 avril pour le premier tour de la présidentielle. Bénéficiant de l'absence de tout concurrent à droite et de l'éparpillement Mélenchon/Jadot/Hamon à gauche, le candidat a un peu de marge devant lui pour espérer se qualifier au deuxième tour.

Mais si prises individuellement, toutes ses histoires ne faisaient pas sens, les révélations du Canard enchaîné permettent aujourd'hui de les cristalliser. Jusque dans l'opinion. D'après un nouveau sondage Odoxa réalisé pour France Info publié ce vendredi 10 février, «79% des personnes interrogées n'ont pas été convaincues par les explications fournies par le candidat». 74% ont une «mauvaise opinion» de lui et 70% sont favorables au retrait de sa candidature. Chacune de ses sorties publiques est accompagnée de perturbateurs appelant à ce que «justice soit faite» ou qu'il rembourse le million. Malgré le soutien de son camp, l'autre Fillon pourrait vite devenir bien encombrant.

Fanny Saliou
Fanny Saliou (3 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte