Tech & internet

Un Américain sur deux peine à se souvenir de la source d'un article lu sur les réseaux

Repéré par Florian Adam, mis à jour le 10.02.2017 à 15 h 05

Repéré sur Quartz

Une étude s'intéresse à la manière dont on consomme l'information.

Facebook website screenshot | Spencer E Holtaway via Flickr CC License by

Facebook website screenshot | Spencer E Holtaway via Flickr CC License by

Comment accédez-vous à l’information en ligne? Allez-vous directement sur la page d'accueil de votre journal préféré ou privilégiez-vous les réseaux sociaux? À l’ère de la post-vérité et des efforts mis en œuvre par les médias pour lutter contre les contenus mensongers, le Pew Research Center publie, comme le relève Quartz, une étude détaillée pour mieux comprendre le rapport des Américains à l’information en ligne.

Deux fois par jour et durant une semaine, 2.078 internautes âgés de 18 ans et plus ont répondu aux questions suivantes: «Avez-vous reçu des informations en ligne sur les sujets suivants [politique, people, business, vie locale, finance, ndlr] au cours des deux dernières heures? Si oui, proviennent-elles d'une nouvelle source d’information?» ; ou encore: «Si vous avez accédé à des informations à partir des réseaux sociaux, de courriels ou de SMS, vous rappelez-vous du nom de la source d’information?»

Il en ressort que les internautes privilégient de peu les sites et applications des médias (36%) aux réseaux sociaux (35%) pour accéder à l’information. Les moteurs de recherche sont quant à eux relégués à la troisième place (20%).

Social media and news websites are the most common pathways to online news

Si les réseaux sociaux sont l'une des principales sources d'information des Américains, à parts égales avec les sites d’information, les articles lus ne sont eux pas reçus de la même manière. Quand un internaute suit un lien vers un article, seulement 56% fournissent le nom du site. Pew Research Center estime qu’«ils étaient beaucoup plus capables de le faire lorsque ce lien provenait directement d'un site d’information –par exemple par le biais d'un courriel ou d'une alerte en texte provenant de l'organisation de nouvelles– que de médias sociaux ou d'un courriel ou d'un message d'un ami».

Une toute première étude

Plus surprenante, l’étude révèle que dans 10% des cas la source d’information indiquée est «Facebook». «Les répondants ont soit mal compris la question, ou, plus alarmant, ont cru que le réseau social-média était produisait les informations», réagit le site Quartz.

News sources most remembered when link is directly from news organizations
 

Les internautes interrogés ont également plus de chance de faire suivre l’information, de faire des recherches supplémentaires, ou d'en parler lorsqu’elle a été transmise par un proche (73%) ou repérée les moteurs de recherche (62%) et sur les réseaux sociaux (53%) que directement sur les sites des médias (47%).

Follow-up action most likely with news that comes through friends’ emails and texts

Cette étude aide à comprendre les habitudes des Américains dans leur prise d’information. Pas directement transposable à la France, Quartz rappelle aussi qu’il s’agit de la première étude de ce genre pour le Pew Research Center, l’évolution du pourcentage de personnes ne connaissant la source d’information lue reste à surveiller.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte