Culture

Le destin tragique de Mary Shelley et le cœur qui ne brûlait pas

Elise Costa, mis à jour le 09.02.2017 à 15 h 24

Percy Bysshe Shelley est poète et libertin fier de l’être. Mais quand il décède dans des circonstances tragiques sa deuxième femme, qui n’est autre que Mary Shelley, obtient alors son cœur à tout jamais. Ah, ces romantiques!

Mary Shelley | par Richard Rothwell via Wikimedia CC License by

Mary Shelley | par Richard Rothwell via Wikimedia CC License by

Slate.fr vous propose une série d'histoires mystérieuses autour de grands écrivains. Pour retrouver les récits précédents, cliquez ici.

Mary Wollstonecraft Godwin naît au crépuscule du XVIIIe siècle, dans une Angleterre déjà sombre. Dès le départ, ça commence mal. Prémices d’une existence somme toute malheureuse et hors du temps. Sa mère, une des premières philosophes féministes britanniques, meurt onze jours après sa venue au monde. Son père, romancier et journaliste, publie alors une biographie de son épouse intitulée Mémoires de l’auteur de Défense des droits des femmes (1798). Ce témoignage d’amour n’a pas l’effet escompté sur le public. Dans son livre, il révèle l’existence de la demi-sœur de Mary, Fanny Imlay, née d’une précédente union hors-mariage. À l’époque, ce n’est pas signe de bonne conduite.

Le père de Mary la pousse à s’instruire. Il l’emmène, avec Fanny, à la bibliothèque. Lui parle politique. Lui fait l’école à la maison, où des amis intellectuels viennent régulièrement leur rendre visite. Parmi eux, le jeune Percy Bysshe Shelley.

Quand elle le rencontre à 17 ans, Percy n’est pas du genre à se laisser mettre la corde au cou. Le poète de 22 ans butine les roses anglaises comme s’il n’y avait pas de lendemain. Il tente d’embarquer Mary dans sa vision de l’amour libre, mais à vrai dire, la jeune fille ne voit que lui. Il est marié. Sa femme met au monde un fils et, deux mois plus tard, Mary accouche d’une fille. Prématurée, le bébé ne survit pas. Un an plus tard, elle a un deuxième enfant, un garçon, William. À partir de là, les choses s’accélèrent.

Suicides et succès

L’éruption d’un volcan Indonésien perturbe la météo –ce sera l’année sans été–, Mary se fait appeler «Madame Shelley» lors de ses vacances en Suisse avec Percy et son copain Lord Byron, elle commence à écrire son œuvre ultra-culte Frankenstein ou le Prométhée moderne –elle a alors 18 ans–, sa demi-sœur Fanny se suicide, la femme de Percy se suicide, Percy et elle se marient enfin sous le ciel hivernal. Nous sommes en décembre 1816.

Lorsqu’il sort en 1818, Frankenstein est d’abord publié anonymement. Le roman gothique –genre pourtant rejeté par la critique littéraire de l’époque– connaît les éloges. Deux indices laissent à penser que l’auteur, cependant, est Percy Shelley. D’abord, il en a signé la préface. Ensuite, le livre est dédié à William Godwin, qui est certes le père de Mary, mais aussi une sorte de mentor pour Percy. Une fois le pot aux roses découvert, des critiques déclarent qu’il est bien dommage qu’une femme puisse être derrière l’histoire de Frankenstein, effaçant par-là de sa plume «la douceur inhérente à son sexe». Ce qu’ils ne savent pas, c’est que peut-être seule une femme ayant perdu un enfant pouvait pousser aussi loin les thèmes de la résurrection et de l’immortalité.

La même année, le couple s’installe en Italie. Percy, hypocondriaque, n’a déjà pas la grande forme. Le soleil ausonien devrait aussi l’aider à faire oublier ses mésaventures financières et familiales laissées en Grande-Bretagne.

Les dix-huit mois qui suivent sont les plus cruels pour Mary Shelley. Elle accouche d’une fille qui meurt l’année suivante, quelques mois avant que son fils ne décède de la malaria. Elle aura un quatrième et dernier enfant, Percy Florence, en 1819, mais la romancière est trop consumée par le chagrin. Percy Bysshe fréquente d’autres femmes –ce qui fait partie du contrat de départ– mais plus irritant, il écrit des poèmes pour d’autres femmes. Il les aime de toutes les façons qu’il soit, et les maîtresses importent peu (elle devient même amie avec l’une d’entre elles, Jane Williams) mais leur mariage a connu des jours meilleurs. Percy tente de la soutenir, mais son besoin d’aventures se fait toujours sentir. En 1822, voilà qu’il décide d’acheter avec ses copains un voilier, qu’ils baptisent «Don Juan».

Calcification

Au mois de juillet 1822, il embarque avec ses amis à bord de son bateau, direction la Toscane. Ils n’arriveront jamais à destination. Percy ne sait pas nager. Pris dans une tempête, les hommes périssent en mer, qui les ramènera sur la plage dix jours plus tard. Le corps du poète n’est reconnaissable qu’à ses vêtements et au petit recueil de poèmes de John Keats enfoui dans sa poche.

Dans ce cas, la loi italienne impose une crémation à même la plage. Les restes peuvent ensuite reposer dans le carré protestant du cimetière de Rome. Leigh Hunt, un ami écrivain de Percy, assiste à la crémation. Il remarque alors que le cœur de Shelley ne brûle pas. Médecins et scientifiques évoqueront un siècle plus tard qu’une possible tuberculose a pu entraîner une calcification du cœur de Shelley. Hunt le récupère, jusqu’à ce que Jane Williams ne le convainque de le donner à Mary.

À la mort de l’écrivaine en 1851, son fils Percy Florence décide de ranger ses affaires. Il ouvre son bureau et tombe sur un carnet tenu par Mary et Percy l’année de leur rencontre. À côté, un objet enveloppé dans un poème de Percy, Adonaïs. Lorsqu’il déplie le papier, il découvre le cœur de son père, que Mary avait pris soin de garder toutes ces années auprès d’elle.

Percy Florence Shelley fut enterré en 1889 auprès de sa mère. À sa demande, il prit le cœur de Percy avec eux.

Elise Costa
Elise Costa (96 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte