Monde

Le Kremlin exige des excuses de Fox News pour avoir appelé Poutine «un tueur»

Temps de lecture : 2 min

«Poutine est un tueur», avait affirmé l'un des intervieweurs stars de la chaîne lors d'un entretien avec Donald Trump.

Vladimir Poutine, le 2 février 2017, à Budapest. Attila KISBENEDEK / AFP
Vladimir Poutine, le 2 février 2017, à Budapest. Attila KISBENEDEK / AFP

«Poutine est un tueur.» L'affirmation de Bill O'Reilly, l'un des intervieweurs stars de Fox News, n'a visiblement pas plu outre-Atlantique. Au lendemain de la diffusion de l'interview de Donald Trump, le 5 février 2017, le Kremlin a demandé à la chaîne conservatrice américaine de présenter ses excuses au président russe, explique Slate.com, qui indique qu'un porte-parole a estimé que la description de Poutine était «insultante», et «inacceptable».

«Nous estimons que de tels mots de la part de l'entreprise de télévision Fox sont inacceptables et insultants, et honnêtement, nous préférerions une excuse de la part d'une entreprise de télévision aussi respectée.»

Fox News n'a pour l'instant pas cédé aux exigences de la présidence russe. L'intervieweur de la chaîne a par ailleurs expliqué que cette excuse risquait de mettre un peu de temps à arriver de sa part. «Vous devrez peut-être me reparler de tout ça en 2023.»

«Vous pensez que notre pays est si innocent que ça?»

Bill O'Reilly évoquait alors avec Trump la Russie et lui demandait s'il respectait Vladimir Poutine. Trump lui a répondu que c'était le cas, mais que cela ne voulait pas dire que les deux hommes allaient bien s'entendre, qu'il vaut mieux s'entendre avec la Russie que non, et que c'est une bonne chose si la Russie combat l'EI, ainsi que le terrorisme islamiste, aux côtés des Américains.

C'est alors que Bill O'Reilly a affirmé que Poutine était un tueur, sans donner plus de détails. Mais aux États-Unis, bien plus que l'accusation de l'intervieweur, c'est la réaction de Trump, –comme toujours, prompt à défendre Vladimir Poutine– qui a fait réagir.

«Il y a beaucoup de tueurs. Vous pensez que notre pays est si innocent que ça?»

«Je pense que l'Amérique est exceptionnelle»

En plus des critiques du camp démocrate, plusieurs responsables et élus de son propre camp, le parti républicain s'en sont pris aux propos de Donald Trump. Parmi eux, le leader du parti républicain au Sénat, Mitch McConnell, qui essaie pourtant d'habitude de ne pas s'en prendre au nouveau président, explique Politico.

«[Poutine] est un voyou. Les Russes ont annexé la Crimée, envahi l'Ukraine et ont touché à nos élections. Non, je ne pense pas que l'on puisse comparer la façon dont les Russes se comportent avec celle des Américains. [...] Je ne vais pas critiquer chaque phrase du président. Mais je pense que l'Amérique est exceptionnelle, qu'elle est différente. Nous n'agissons pas comme les Russes. Je pense qu'il y a une distinction claire que les Américains comprennent, et je n'aurais pas dit cela ainsi.»

Slate.fr

Newsletters

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

La «culpabilité blanche» à l'ère de Trump façonne les primaires démocrates

L'égalité raciale devient un thème de campagne chez les Démocrates blanc·hes.

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

En Catalogne, la condamnation des indépendantistes ravive la tension

La sentence qui est tombée sur ces personnalités à la suite de la tentative de sécession de 2017 promet d'hystériser les débats de la campagne pour les élections générales du 10 novembre.

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

À Londres, les mamans d'Extinction Rebellion en première ligne

Depuis le 7 octobre, le mouvement a lancé deux semaines de «rébellion internationale» pour pousser le gouvernement britannique à agir face à la crise écologique.

Newsletters