Monde

La Maison-Blanche accuse les médias d'avoir ignoré les attentats de Paris et de Nice

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 07.02.2017 à 9 h 25

L'administration Trump a diffusé une liste de 78 attentats jugés peu couverts par les médias occidentaux: étrangement, des attaques comme celles de Nice, Paris et Bruxelles en font partie.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, interrogé par des journalistes le 6 février 2017 à bord d'Air Force One | MANDEL NGAN/AFP.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, interrogé par des journalistes le 6 février 2017 à bord d'Air Force One | MANDEL NGAN/AFP.

Cela fait moins de trois semaines que Donald Trump est président des États-Unis mais son porte-parole, Sean Spicer, a déjà eu à défendre une série impressionnante de mensonges: l'investiture de Trump a attiré les plus grandes foules «de l'histoire» et plus de «trois millions» d'électeurs ont illégalement voté pour Hillary Clinton. Le dernier mensonge en date est particulièrement énorme:

«Vous avez vu ce qu'il s'est passé à Paris et à Nice. Cela se passe à travers toute l'Europe. On est arrivé à un point où les attaques ne sont même plus rapportées par les médias. Et dans de nombreux cas, la presse très très malhonnête ne veut pas en rendre compte», a déclaré Trump à la base militaire de MacDill en Floride le lundi 6 février.

Le jour même en conférence de presse dans l'avion Air Force One, son porte-parole Sean Spicer a d'emblée été confronté à la question qui s'imposait:

-«Pouvez-vous nous donner un exemple d'une attaque terroriste n'importe où que les médias n'ont pas couverte?» a demandé un journaliste.

-«Nous allons vous envoyer un liste plus tard. Il y a plusieurs cas», a rétorqué Spicer, qui a précisé que selon lui, de nombreuses attaques «ne sont pas couvertes avec l'intensité méritée».

 Quelques heures plus tard, la Maison-Blanche a diffusé une liste de 78 attaques terroristes qui n'ont, selon eux, pas fait l'objet d'une attention médiatique assez poussée. Parmi elles, ont trouve des attentats, comme ceux du 13-novembre à Paris, ou encore de Bruxelles ou San Bernardino, qui ont dominé l'actualité internationale pendant des semaines entières.

A l'antenne, un journaliste de CNN qui a présenté cette liste s'est dit extrêmement perplexe

«Il est difficile d'expliquer pourquoi la Maison-Blanche a souhaité inclure des attaques qui ont été couvertes pendant des jours et des jours.»

La liste contient aussi de nombreux cas d'attaques moins mentionnées dans les médias en partie car les personnes visées ont été blessées, et pas tuées. 

Figurent aussi sur la liste des attaques qui, quoique moins couvertes que celle de Nice ou de la discothèque d'Orlando, n'ont absolument pas été ignorées. Par exemple, la décapitation en Algérie d'Hervé Gourdel est mentionnée par la Maison-Blanche, alors que la presse américaine avait abondamment évoqué le sujet

Ironiquement, ces accusations de manque de couverture médiatique interviennent quelques jours après que Kellyanne Conway, une conseillère de Trump, ait dit que les médias n'avaient pas couvert le «massacre de Bowling Green», une attaque terroriste inexistante. 

CNN avait rétorqué:

«Kellyanne Conway a raison. Nous n'avons pas couvert le massacre de Bowling Green –parce qu'il n'a jamais eu lieu.» L'autre ironie est que Trump, qui accuse les médias de passer le terrorisme islamiste sous silence, est lui-même resté muet concernant l'attaque de Québec qui a fait six morts dans une mosquée le 29 janvier. Dans ce cas, le terroriste n'était pas un musulman, mais un sympathisant d'extrême-droite fan de Trump et de Marine Le Pen. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte