Science & santé

Certaines traces d'oxygène sur la Lune viennent de la Terre

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 06.02.2017 à 11 h 58

Repéré sur Scientific American

Un transfert qui a commencé il y a des milliards d'années.

La Lune | fxxu via Pixabay CC License by

La Lune | fxxu via Pixabay CC License by

La théorie la plus répandue, mais pas acceptée par tous, pour expliquer la formation de la Lune est certainement celle de l'impact géant: le satellite de la Terre se serait formé après l'impact entre notre planète et Théia, un objet dont la taille est comparable à Mars.

S'il est toujours impossible de statuer avec certitude sur l'origine du satellite, on en a apprend un peu plus aujourd'hui sur l'histoire qui lie notre planète à la Lune grâce à une équipe de chercheurs japonais. Le site Scientific American explique que l'université d'Osaka a découvert des informations très intéressantes dans les données récoltées par Kaguya, une sonde qui s'est écrasée sur le satellite en juin 2009.

«Les chercheurs ont trouvé qu'un certain type d'isotope d'oxygène était présent sur le sol lunaire, un isotope qui est présent sur Terre», écrit le site.

En réalité, la Lune a capté les dégagements d'oxygène produits par les plantes terrestres, responsable de la création d'air ces deux derniers milliards d'années. Pour le dire plus simplement, la Lune est «contaminée» par ce que dégagent nos plantes.

Champ magnétique

Il faut savoir que, si la Terre et la Lune sont séparées de près de 400.000 kilomètres, cela ne veut pas dire que les échanges sont inexistants. La plupart du temps, la Lune reçoit des ions envoyés par le vent solaire. Mais quand la Terre s'interpose entre elle et le Soleil, le champ magnétique de notre planète fait effet et des particules chargées de notre environnement atteignent le satellite.

«Les ions quittent l'atmosphère de la Terre parce que, quand la lumière du Soleil ou les rayons cosmiques occasionnels frappent les atomes d'oxygène (ou d'autres gaz) à la frontière de l'espace, ces atomes peuvent perdre un électron, et se chargent.»

Certains de ces ions s'échappent alors dans l'espace, et atteignent la Lune. C'est ainsi que l'isotope en question, oxygen-16, a été est détecté chez nous et sur notre satellite en petite quantité, ce qui a permis de les relier et de les distinguer des ions en provenance du Soleil.

«Les ions de la Terre tombent dans la même catégorie que les ions que l'équipe a trouvés sur la Lune: environ 1.000 électrons-volts. Les ions provenant du Soleil transportaient une énergie bien plus élevée, et avaient une pénétration plus importante [sur la Lune].» 

Pas de quoi encore s'y balader sans s’embarrasser d'une tenue de cosmonaute.

terreluneoxygène
Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte